Editions BEAUCHESNE

33.00 €

BB n°33 LES PRÉMONTRÉS ET LA LORRAINE XIIe-XVIIIe SIÈCLE

BB n°33 LES PRÉMONTRÉS ET LA LORRAINE XIIe-XVIIIe SIÈCLE

Ajouter au panier

Date d'ajout : mercredi 19 août 2015

par L. C. VAN DYCK

REVUE : REVUE D'HISTOIRE ECCLÉSIASTIQUE, n° 93, 1998

Dans le cadre rayonnant de l'ancienne abbaye Sainte-Marie-Majeure de Pont-à-Mousson, jadis berceau de la Réforme lorraine de l'ordre de Prémontré, le public nombreux de ce colloque lorrain a passé trois journées de travail assidu, du 16 au 19 octobre 1997, aux bords de la Moselle. Si le thème général était centré sur les rapports entre les prémontrés et la Lorraine, les dix-sept communications étaient échelonnées autour de cinq aspects particuliers de la présence en Lorraine des fils de S. Norbert.
La première section rappelait le temps des bâtisseurs et la période d'implantation de l'ordre de Prémontré en Lorraine. - Michel PARISSE, La naissance de la circarie de l'ordre de Prémontré en Lorraine au XIIe siècle (p. 3-22), a fait remarquer que, en quelques années, presque simultanément, à l'instigation de l'évêque de Verdun et des chanoines de Prémontré et de Belval, cinq abbayes avaient vu le jour. Dans les vingt années qui ont suivi, ces abbayes mères eurent des filles. Toutefois, des surenchères d'ancienneté et des disputes de filiation accompagnèrent cette éclosion de fondations, alors que Prémontré a pu œuvrer dans des conditions favorables, sur un terrain bien préparé. - Hubert COLLIN, Fondation d'une abbaye lorraine au XIIe siècle : l'exemple de Sainte-Marie-au-Bois (p. 23-28), examine en détail, en les complétant de pièces d'archives, les récits de Dom Calmet et de C. L. Hugo sur la fondation de l'abbaye de Sainte-Marie-au-Bois d'où sortit le mouvement de renouveau animé par Servais de Lairuels. - Pour l'aspect architectural de l'église abbatiale de Sainte-Marie-Majeure il y avait la conférence de Pierre SESMAT, Prémontrés et jésuites à Pont-à-Mousson : le lien architectural (p. 29-40).
La deuxième section contient deux contributions donnant un aperçu de la situation de l'ordre de Prémontré au temps des réformes de l'Église. - Dans la première, Leo VAN DYCK, L’état général de l'ordre de Prémontré au XVIe siècle (p. 43-61), a brossé la toile de fond sur laquelle se déroulèrent en Europe tantôt les tentatives d'une réforme prétridentine aussi bien qu'une réforme interne s'inspirant des directives du concile de Trente, tantôt la disparition d'un grand nombre de monastères prémontrés engloutis par la Réforme protestante. - Dans la deuxième, Lorenzo ALCIN A-ROSSELLO, l.es prémontrés en Espagne au XVIe siècle (p. 63-85), a rappelé les souffrances et les humiliations des prémontrés espagnols, qui finalement en 1573-1575, se sont constitués en congrégation autonome prônant la vie canoniale, alors qu'auparavant ils avaient été soumis par ordre royal à un régime étouffant de visites régies par les moines hiéronymites. Leur réforme à l'intérieur de l'ordre de Prémontré n'a toutefois pas pu rencontrer la compréhension du gouvernement central de l'ordre.
Dans la troisième section, « Le contexte réformateur lorrain », Robert ARMOGATHE, L'axe catholique lorrain au début du XVIIe siècle (p. 89- (. 100), expose que les principaux traits du catholicisme lorrain du 17e s. d ne semblent pas déterminés par rapport au protestantisme voisin, mais par la mise en œuvre des décisions tridentines. - Bernard ARDURA, A l'aube de la réforme catholique en Lorraine, le prémontré Nicolas Psaume, abbé de Saint-Paul de Verdun, évêque et comte de Verdun (p. 101-123), démontre comment cet abbé prémontré et père du concile de Trente constitue l'un des meilleurs exemples d'une réforme catholique qui fut un renouveau intérieur de l'Église catholique, une prise de conscience de la mission reçue du Christ et un engagement décisif dans sa réalisation concrète. - Gérard MICHAUX, Dom Didier de La Cour et la réforme r des bénédictins de Saint-Vanne (p. 124-144), trace les étapes de la vie remarquable de Dom Didier de La Cour, sa présence à l'université des jésuites de Pont-à-Mousson, où il se lia d'amitié avec deux étudiants appelés eux aussi à un grand avenir ecclésiastique : Pierre Fourier et Servais de Lairuels, comme lui réformateurs de l'ordre religieux auquel ils appartenaient. L'A. décrit les débuts difficiles de la congrégation de Saint-Vanne, où il s'agissait avant tout de rétablir la règle de S. Benoit dans sa rigueur première, la méthode réformatrice de Dom Didier de La Cour el enfin l'organisation et l'extension de la nouvelle congrégation. - L'œuvre réformatrice du troisième réformateur trouve une place dans Georges VIARD, Saint Pierre Fourier, Mére Alix Le Clerc et la congrégation de Notre-Dame (p. 145-159). A l'origine de cette double démarche, une même pensée, une même conception de l'ordre canonial, un même désir de servir la cause de l'Église en la dotant de sujets d'élite entièrement attachés à une même tâche, l'instruction religieuse des fidèles.
La quatrième section est consacrée à la réforme prémontrée en Lorraine : « Retour à l'Antique Rigueur : la Réforme de Lorraine dans l'ordre de Prémontré au XVIIe siècle » - Le portrait de Servais de Lairuels, personnage riche et complexe, personnage clé de cette aventure réformatrice elle-même passablement embrouillée, est tracé par Dominique Marie DAUZET, Servais de Lairuels (1560-1631), portrait d'un réformateur (p. 163-179). - Comme il n'existe pas encore d'histoire de la congrégation lorraine de l'Antique Rigueur, Xavier LAVAGNE D'ORTIGUE, Jalons pour une histoire de l'Antique Rigueur de Prémontré (p. 181-211), a balisé le chemin à suivre dans la réalisation d'un projet longtemps désiré. - Martine PLOUVIER, Exemples d'adhésion ou de résistance à la Réforme de Lorraine dans la circarie de France (p. 212-238), présente trois exemples d'agrégations ou de résistance à cette reforme hors du territoire lorrain, notamment une adhésion sans enthousiasme à Cuissy en 1641, une adhésion discrète à Bucilly en 1651 et une réforme contestée à Prémontré en 1645. Elle signale en guise de conclusion que l'une des difficultés majeures résidait dans l'opposition France-Lorraine. En annexe, elle donne la liste des maisons agrégées à la réforme de l'Antique Rigueur et la date de leur agrégation. - Anne-Marie COUVRET, La Réforme de Lorraine : Septfontaines-en-Bassigny (p. 239-252), décrit en détail les circonstances ayant conduit à l'agrégation de cette abbaye à la congrégation de l'Antique Rigueur. - Le Dr Jean FOURNÉE, spécialiste de l'histoire prémontrèe en Normandie, étant décédé, c'est le P. Cyrille Deverre qui a présenté, sous le titre L'introduction de la Réforme de Lorraine en Normandie, un résumé d'une étude de 165 pages dues à la plume du regretté historien normand (p. 253-265). La congrégation de l'Antique Rigueur, en dépit de procédés d'implantation plus ou moins recommandables, a permis de rassembler et de stimuler des forces auparavant isolées. La Révolution française trouva en Normandie des maisons norbertines bien vivantes.
La cinquième section contient des études ayant pour objet l'abbaye d'Étival : « Autour d'Élival, abbaye prémontrée lorraine ». - Marie- Thérèse FISCHER, L'abbé Jean Frouart (1617-1655) et l'introduction de la Réforme de Lorraine à Étival (p. 269-280). Jean Frouart avait vécu dans l'aura de Servais de Lairuels et avait mis tout son effort à introduire sa réforme à Étival, alors que la plupart des religieux refusa d'y adhérer. A travers Étival, elle s'était finalement installée sur la « montagne sainte » d'Alsace, le Mont-Sainte-Odile, où elle était appelée à produire d'excellents fruits. Mais, conclut M.-T. F., l'histoire antérieure du Mont-Sainte-Odile nous incite à ne pas porter un regard trop critique sur ceux qui n'adhérèrent pas à la Réforme de Lorraine. Jean-Marc VAILLANT, Épiphane Louys (1614-1682), abbé d'Étival, mystique lorrain du Grand Siècle (p. 281-291), esquisse une rapide biographie de ce « spirituel éminent », cet auteur mystique, apprécié tant dans sa congrégation de l'Antique Rigueur que dans la Commune Observance. - Monique TAILLARD, Charles-Louis Hugo (1667-1739), abbé d'Étival, historiographe de la Lorraine (p. 293-304), signale que cet illustre historiographe prémontré fut, avant Dom Calmet, le premier historien à avoir tenté une histoire complète des duchés de Lorraine et de Bar. De ce vaste projet historique n'est parvenu jusqu'à nous qu'une série discontinue de manuscrits : l'Histoire conçue par le P. Hugo ne fut ni achevée, ni publiée. La faveur du duc Léopold qui, seule, avait autorisé la conception fit beaucoup trop rapidement défaut à son auteur, ce qui ne lui permit pas de mener à terme son entreprise.
En guise de conclusion, le prof. Robert ARMOGATHE, directeur d'études à l'École Pratique des Hautes Études-Sorbonne, qui avait présidé ce colloque, souligne à la fin du livre quelques convergences et dégage quelques pistes pour des recherches ultérieures. Il a remarqué que la densité des implantations prémontrées médiévales en Lorraine appartient à la spécificité lorraine. Ce catholicisme de frontière, fortement ancré dans l'application des réformes tridentines, n'est pas fortuit : il est lié au sol, au passage Nord-Sud, à la constitution du tissu social et économique. Il saura tirer le meilleur parti de la fertilité des institutions tridentines. Le passage massif des maisons de prémontrés aux réformés protestants pose une question intéressante par rapport à d'autres ordres. Il conviendrait donc de s'interroger : ce passage aux réformés est-il lié à l'observance de la Règle de S. Augustin, créant un terrain disciplinaire et doctrinal favorable ? Des études historiques et statistiques comparatives devraient, à cet égard, être menées. En troisième lieu, il conviendrait de réinsérer la Réforme prémontrée de Lorraine dans l'histoire générale des autres réformes congréganistes. Enfin, le colloque a marqué toute l'importance du renouvellement des études sur l'Antique Rigueur: plan d'études, recrutement des religieux, économie des maisons, vie des religieux…


Donnez votre avis Retour
RECHERCHER DANS LE CATALOGUE BEAUCHESNE

aide


DICTIONNAIRE DE SPIRITUALITÉ
ÉDITION RELIÉE
OFFRE SPÉCIALE JUSQU'AU 30 NOVEMBRE 2020
DS

LE COMPLÉMENT PAPIER INDISPENSABLE DE :

DS
ÉDITION EN LIGNE




EN PRÉPARATION
FOLIES ET RIEN QUE FOLIES

DU MONDE AU DESERT, L’ASPIRATION A LA SOLITUDE AU XVIIe SIECLE

Fascicule I
dans la même collection
Fascicule II Fascicule III Fascicule IVa Fascicule IVb

PENSÉE SYMPHONIQUE

LE POUVOIR AU FÉMININ

HISTOIRE SOCIALE DE L’ESPRIT SAINT EN OCCIDEN

DU JANSÉNISME AU MODERNISME La bulle Auctorem fidei (1794)

CHARLES DE BOVELLES, PHILOSOPHE ET PÉDAGOGUE

JEAN BAUDOIN (CA. 1584-1650) Le moraliste et l’expression emblématique

Écrits sur la religion


L'Education Musicale


SYNTHÈSE DOGMATIQUE

Partager et Faire savoir
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google Buzz Partager sur Digg