Editions BEAUCHESNE

Attention ! Les commandes passées depuis le 15 mars 2020, seront livrées dès la fin du confinement.
Cependant, nos produits électroniques restent accessibles. Merci de votre compréhension.


37.00 €

BB n°23 MONSEIGNEUR SALIÈGE, ARCHEVÊQUE DE TOULOUSE 1929-1956

BB n°23 MONSEIGNEUR SALIÈGE, ARCHEVÊQUE DE TOULOUSE 1929-1956

Ajouter au panier

Date d'ajout : dimanche 20 septembre 2015

par Denis PELLETIER

REVUE : CHRISTIANESINO NELLE STORIA, 1997

Issu d'une thèse de doctorat soutenue en juin 1990, l'ouvrage s'appuie sur un considérable dépouillement d'archives publiques, confessionnelles et privées. Fils de gros fermier agricole du Cantal, passé par le séminaire sulpicien d'Issy-Ies-Moulineaux, longtemps professeur de séminaire, Jules-Géraud Saliège est nommé évêque de Gap par la nonce Cerretti en 1925 sans avoir jamais eu charge de paroisse. La nomination à Toulouse date de 1928, et fait de lui l'un des aînés de la génération d'évêques issue de la nonciature Maglione. Il en partage le souci d'une pastorale de terrain étroitement liée à l'essor de l'Action catholique spécialisée. Plusieurs chapitres du livre sont d'ailleurs consacrés à la vie religieuse dans le diocèse de Toulouse. L'auteur a l'art de l'anecdote, qu'il met au service d'une analyse fine de la géographie religieuse et du clergé diocésain. L'ensemble donne toute son épaisseur à l'engagement de Monseigneur Saliège. Marqué par l'Ecole française de spiritualité comme par Bergson, membre de la Société sacerdotale du Sacré Cœur, ce dernier n'est pas un intellectuel, mais multiplie les lettres pastorales à ses fidèles, s'attache à promouvoir patronages et mouvements, et à améliorer la formation intellectuelle de ses prêtres. On suit volontiers Jean-Louis Clément dans sa présentation d'un authentique « plan de reconquête chrétienne » chez un Saliège peu soucieux de mondanité bourgeoise et de compromis politique. Evêque de combat, il l'est aussi dans son caractère autoritaire, en dépit de la maladie.
La protestation solennelle du 23 août 1942 contre les persécutions antisémites et la publication d'un texte hostile au Service du Travail Obligatoire dans les Cahiers du témoignage chrétien en juillet 1943 ont bâti l'image de Résistance spirituelle qui s'attache à l'archevêque de Toulouse et lui valut le titre de Compagnon de la Libération. Jean-Louis Clément, qui consacre plus de la moitié de son ouvrage à la période 1939-1946, reprend sur le sujet une bibliographie abondante qu'il nuance et renouvelle au regard d'archives inédites. L'intérêt de son travail tient à la combinaison de trois perspectives : l'évolution personnelle d'un Saliège informé dès les années trente par l'abbé de Naurois, futur aumônier d'Uriage, de la menace fasciste et nazie, mais longtemps retenu par sa fidélité à l'autorité en place ; le rôle de quelques collaborateurs, au premier rang desquels l'abbé de Solages, recteur de l'Institut catholique de Toulouse ; l'intensité enfin d'un engagement sur le terrain en faveur des juifs qui est inséparable aux yeux du cardinal de son œuvre pastorale.
Mais fallait-il accepter sans réserve le témoignage tardif d'Henri de Lubac, faisant en 1988 du Cardinal Gerlier l'initiateur d'une protestation collective des évêques que Saliège aurait ruinée en la devançant à titre individuel ? L'explication coïncide trop avec la manière dont le théologien jésuite devenu cardinal reconstruisait à la fin de sa vie son propre itinéraire de façon à en atténuer les aspérités. Elle contredit le témoignage qu'il avait donné en 1965 de l'événement et du rôle qu'if y avait lui-même tenu. Le texte de Saliège témoigne dans son style même d'une fermeté et d'un refus de concéder la moindre légitimité au régime de Vichy. dont ne feront pas preuve les textes de Mgrs Gerlier et Delay quelques semaines plus tard. On ne suivra pas forcément non plus Jean-Louis Clément quand il voit dans la phrase de Saliège « France chevaleresque et généreuse, je n'en doute pas, tu n'es pas responsable de ces erreurs » une manière pour lui de « dégager la responsabilité de son pays » (p. 218). Après tout, le général de Gaulle aussi refusait de mêler la France à la politique de Vichy. En février 1944 enfin, Saliège écrira à Liénan sa réprobation face à l'attitude jugée trop timorée de l'ACA concernant le Service du Travail obligatoire (STO).
Autrement dit, on se sépare de l'analyse de Jean-Louis Clément sur deux points. D’une part, il fournit de multiples arguments en faveur d'une dissidence de Saliège au sein de l'ACA, mais en minimise la portée au risque de sous-estimer la part prise par le prélat toulousain à la Résistance spirituelle, ou de majorer au contraire celle prise par certains de ses collègues moins engagés que lui. D'autre part, il voit dans la protestation de 1942 un texte de nature exclusivement pastorale, dont la Résistance se serait emparée au prix d'un détournement de sens, en lui donnant une connotation politique qui n'était pas la sienne. On concèdera sans peine que Saliège pratiquait la distinction des plans, et qu'il appela ses prêtres à se tenir sur un terrain exclusivement pastoral à l'approche de la Libération. Mais il est difficile de croire qu'il n'ait pas mesuré la portée politique ni accepté les conséquences d'une dénonciation de l'antisémitisme en août 1942. Que la protestation se situe sur le terrain d'un humanisme chrétien n'exclut nullement qu'elle soit fondamentalement politique. Sans doute ces réserves sont-elles de détail. La question de l'attitude des catholiques et de leur hiérarchie à l'égard de Vichy suscite encore en France des polémiques qui dépassent le seul cadre universitaire. Le mérite de Jean-Louis Clément est d'apporter à cette histoire quelques pièces précieuses et argumentées, qui invitent à poursuivre le débat d'une manière dépassionnée.


Donnez votre avis Retour
RECHERCHER DANS LE CATALOGUE BEAUCHESNE

aide


À NOUVEAU DISPONIBLE
DS
DS


LE COMPLÉMENT PAPIER INDISPENSABLE DE :

DS
ÉDITION EN LIGNE




EN PRÉPARATION
DU MONDE AU DESERT, L’ASPIRATION A LA SOLITUDE AU XVIIe SIECLE

Fascicule I
dans la même collection
Fascicule II Fascicule III Fascicule IVa Fascicule IVb

PENSÉE SYMPHONIQUE

LE POUVOIR AU FÉMININ

HISTOIRE SOCIALE DE L’ESPRIT SAINT EN OCCIDEN

DU JANSÉNISME AU MODERNISME La bulle Auctorem fidei (1794)

DIRE CE QUI EST CACHÉ. HOMÉLIES 1966-1980

CHARLES DE BOVELLES, PHILOSOPHE ET PÉDAGOGUE

LA MÉTAPHORE MUSICALE DE L’HARMONIE DU MONDE À LA RENAISSANCE

JEAN BAUDOIN (CA. 1584-1650) Le moraliste et l’expression emblématique

LES FEMMES ILLUSTRES DE L’ANTIQUITÉ GRECQUE AU MIROIR DES MODERNES

Écrits sur la religion


L'Education Musicale


SYNTHÈSE DOGMATIQUE