Editions BEAUCHESNE

19.00 €

06. LE RITE

06. LE RITE

Ajouter au panier

Date d'ajout : mardi 22 août 2017

par Carl-A. KELLER

REVUE DE THÉOLOGIE ET DE PHILOSOPHIE, 1982, 3

Le volume réunit huit études ébauchant une approche philosophique du rite.
Leur intérêt est malheureusement un peu amoindri suite à une préoccupation excessive des auteurs avec le freudisme et – surtout ! - avec les aimables conjectures de R. Girard, au détriment d'une prise en considération de l'immense littérature anthropologique sur le sujet. - P.-J. Labarrière analyse l'action structurante du rite sur le temps. Fr. Bousquet s'applique à éclaircir la relation entre le rite et le logos, alors que Fr. Marty s'aventure - de manière un peu trop timide, me semble-t-il - dans l'exploration de l'analogie entre le rite et la parole, c'est-à-dire dans une sorte d'interprétation linguistique du rite : il conviendrait de signaler ici que les anthropologues ont depuis longtemps interprété le rite comme une « parole » et le système rituel comme un « langage ». J. Greisch, l'éditeur du présent volume, chemine une longue distance avec R. Girard, mais il résiste tout de même à la philosophie gnosticisante de ce dernier. La longue méditation de Maria da Penha Villela-Petit sur Caïn et Abel est faussée au départ par une traduction discutable de Gn 4,4-5 laquelle, si elle est traditionnelle, n'en est pas moins sujette à caution : le texte hébreu ne dit pas que YHWH « agréa » Abel et son sacrifice (traduction sur laquelle toute la réflexion de l'auteur est basée), mais simplement qu'il les « regarda », étant présent quasi physiquement, alors qu'il « ne regarda pas » Caïn et son offrande, c'est-à-dire leur tourna le dos. - A la suite d'A. Vergote, J.-Fr. Catalan estime qu'on est en droit de nuancer la réduction freudienne de la religion à une « névrose obsessionnelle universelle », et Ph. Kaeppelin se propose de comparer la « répétition » qui se dégage du psychodrame analytique avec celle qui caractérise le rite. E.-D. Yon, en guise de conclusion, insiste sur la nécessité de « fluidifier » et d'humaniser la rigidité d'un rituel hiérarchisé et institutionnalisé en le vivant comme un « culte en esprit et en vérité » tel qu'il était pratiqué par la chrétienté primitive. On le voit : en dépit des réserves faites on trouvera dans ce volume pas mal de matière à réflexion.


Donnez votre avis Retour
RECHERCHER DANS LE CATALOGUE BEAUCHESNE

aide


DICTIONNAIRE DE SPIRITUALITÉ
ÉDITION RELIÉE
DS

LE COMPLÉMENT PAPIER INDISPENSABLE DE :

DS
ÉDITION EN LIGNE




EN SOUSCRIPTION
LES IMAGES DE DÉVOTION EN EUROPE XVIe XXIe SIÈCLE Une précieuse histoire


EN PRÉPARATION
LA RÉVOLUTION DE L’ÉCRIT. EFFETS ESTHÉTIQUES ET CULTURELS

Le baptême, sacrement de la foi

FOLIES ET RIEN QUE FOLIES

Fascicule I
dans la même collection
Fascicule II Fascicule III Fascicule IVa Fascicule IVb

PENSÉE SYMPHONIQUE

LE POUVOIR AU FÉMININ

CHARLES DE BOVELLES, PHILOSOPHE ET PÉDAGOGUE

JEAN BAUDOIN (CA. 1584-1650) Le moraliste et l’expression emblématique

Écrits sur la religion


L'Education Musicale


SYNTHÈSE DOGMATIQUE

Partager et Faire savoir
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google Buzz Partager sur Digg