Editions BEAUCHESNE

28.00 €

PLOTIN ET JEAN DE LA CROIX

PLOTIN ET JEAN DE LA CROIX

Ajouter au panier

Date d'ajout : mercredi 11 novembre 2015

par Philippe SELLIER

REVUE : LA VIE SPIRITUELLE, 721, 1996

Dans son tout récent Seul avec Dieu. L'aventure mystique (Gallimard, coll. « Découvertes »), le père Jossua a souligné avec fermeté que « la mystique est directement issue de la spiritualité grecque tardive et en particulier en néo-platonisme ». Constat qui doit être complété par un autre du même ouvrage : une foule de grands saints a ignoré ce type de cheminement. Il n' en reste pas moins que la lignée d'orants chrétiens marquée par le néoplatonisme - du Pseudo-Denys à saint Jean de la Croix s'impose à notre réflexion.
Spécialiste reconnu de saint Jean de la Croix, André Bord, qui signe de nombreux comptes rendus dans La Vie spirituelle, publie une ambitieuse enquête sur Plotin et le mystique espagnol. Ce dernier a-t-il lu directement le philosophe grec dans la traduction qu'en avait donnée un siècle plus tôt Marsile Ficin ? Les parentés sont réelles, et A. Bord n'a pas de peine à les faire apparaître, dans le domaine qu'il a choisi : les rapports de l'âme avec l'Un ou Dieu (p. 15). Ainsi l'âme doit se dépouiller des sortilèges du sensible, s'élever vers Dieu, au prix d'un dépouillement total ; comme l'Un est au-delà de tout, il faut dépasser toute idée, tout discours, toute image. La description de l'âme malade recourt aux mêmes métaphores : laideur, ténèbres, souillures, saleté, aveuglement. Aux stoïciens, les deux penseurs empruntent l'idée que la plus petite imperfection interdit l'approche de la Sagesse. L'accès au sommet est en même temps découverte du plus intime ; on reconnaît ici le célèbre lntimior intimo meo et superior summo meo des Confessions (III, 6, n. 11) d'Augustin, lui aussi imprégné de néoplatonisme.
Mais cette proximité avec Plotin dans la description de la misère de l'âme, de la soif de Dieu, du désir d'ascension et de l'effort (les nuits actives de saint Jean de la Croix) ne saurait dissimuler les abîmes qui séparent les deux visions du monde. En termes théologiques, Plotin est foncièrement pélagien. Ses dernières paroles sont célèbres ; « Je m'efforce de faire remonter ce qu'il y a de divin en moi à ce qu'il y a de divin dans l'univers. »
On ne rencontre chez Plotin ni Création, ni Révélation, ni péché, ni pardon, ni Rédemption, ni foi, ni grâce, ni sacrements, ni Église. L'Un plotinien est fermé sur sa perfection, le désir est à sens unique; de l'homme vers l'Un. La Sagesse grecque ignore le Dieu personnel qui se donne et s'incarne par amour pour les hommes.
Il est malaisé de savoir si ce dialogue très critique de Jean de la Croix avec le néoplatonisme prouve une lecture directe de Plotin où s'inspire des nombreux relais que fournissaient les écrits chrétiens ; Augustin (pour une part), Denys, les Rhéno-Flamands, en particulier le Pseudo-Tauler. Dans cet ouvrage fort bien informé, riche en formules heureuses, A. Bord a eu raison de ne pas s'attarder sur cette question, somme toute secondaire. Ce qui est fascinant, c'est la confrontation de deux grands univers ; le sommet de la rationalité grecque et les axes chrétiens. L'auteur nous conduit avec sûreté au cœur de deux mondes complexes, en trois étapes bien délimitées; monothéisme et mal ; la guérison; l'union. Cette architecture limite le risque d'émiettement propre aux parallèles, sans le supprimer tout à fait. Mais était-ce évitable ?
Il est tonique pour le chrétien de réagir en face d'une pensée aussi vigoureuse que celle de Plotin, de l'un des efforts les plus émouvants de la méditation et du désir humains pour s'élever au-dessus de la médiocrité. Le livre d'A. Bord, fruit d'un travail impressionnant sur les Ennéades et sur leurs principaux interprètes, fait en définitive briller la foi catholique d'un éclat plus vif.


Donnez votre avis Retour
RECHERCHE

aide


À NOUVEAU DISPONIBLE
DS
DS


LE COMPLÉMENT PAPIER INDISPENSABLE DE :

DS
ÉDITION EN LIGNE




EN PRÉPARATION
CHARLES DE BOVELLES, PHILOSOPHE ET PÉDAGOGUE

Esprit de « suite » Pour une lecture avisée et pratique des œuvres du répertoire organistique

LA MÉTAPHORE MUSICALE DE L’HARMONIE DU MONDE À LA RENAISSANCE

JEAN BAUDOIN (CA. 1584-1650) Le moraliste et l’expression emblématique

LES FEMMES ILLUSTRES DE L’ANTIQUITÉ GRECQUE AU MIROIR DES MODERNES

Écrits sur la religion

Raisons d’État

Le laboratoire mathématique de NICOLAS DE CUES

LES ÉCRITURES DU SAVOIR. Le discours philosophique devant la question du religieux


L'Education Musicale


SYNTHÈSE DOGMATIQUE