Editions BEAUCHESNE

29.00 €

18- LES ZÉLOTES. Une révolte urbaine à Thessalonique au 14è siècle

18- LES ZÉLOTES. Une révolte urbaine à Thessalonique au 14è siècle

Ajouter au panier

Date d'ajout : samedi 15 novembre 2014

par Yves CHIRON

REVUE : Présent janvier 214

L’Évangile de saint Luc et les Actes des Apôtres parlent d'un apôtre « Simon appelé le Zélote ». Les Zélotes furent, à l'époque du Christ, des Juifs qui luttaient les armes à la main contre l'occupant romain. Mais, comme l'a dit Benoit XVI dans une homélie consacrée à cet apôtre, « il est possible que ce Simon, s'il n'appartient pas précisément au mouvement nationaliste des Zélotes, soit au moins caractérisé par un zèle ardent pour l'identité juive, donc pour Dieu, pour son peuple et pour la Loi divine »;
Le nom de Zélotes se retrouve quatorze siècles plus tard, dans un tout autre contexte : il s'agit cette fois des protagonistes d'une guerre civile qui a secoué l'empire Byzantin au milieu du XIVe siècle, et particulièrement Thessalonique, la deuxième ville de l'empire. Un volume, à la fois historique et documentaire, leur est consacré.
Après la mort de l'empereur Andronic III Paléologue, le 14 juin 1341, sa veuve Anna et Jean Cantacuzène, général en chef et ancien ministre de l'empereur, se disputent la régence. L’impératrice Anna est soutenue par le patriarche Jean Kalékas et le grand amiral Alexis Apokaukos. Jean Cantacuzène, est proclamé empereur par ses troupes le 26 octobre 1341. Il est couronné à Andrinople par le patriarche Lazare de Jérusalem en mai 1346, prend le pouvoir à Constantinople en février 1347 mais il est chassé du trône par l'empereur légitime, Jean V Paléologue, en novembre 1354. Devenu moine, il se consacrera dès lors aux questions religieuses. ' ,

Révoltes urbaines
Cette histoire est compliquée. L’empereur Jean V joue un double jeu : il accepte d'être co-empereur avec Cantacuzène et d'épouser sa fille, avant de le chasser sept ans plus tard. Les Zélotes s'opposent aux partisans de Cantacuzène et défendent les droits du jeune empereur. Ils réussissent à contrôler Thessalonique pendant plusieurs années.
Certains historiens ont présenté ces Zélotes comme les représentants d'un mouvement démocratique qui aurait traversé l'empire byzantin. Mais ces Zélotes pourraient être qualifiés de légitimistes, dans notre vocabulaire historique, puisqu'ils s'opposent à un usurpateur. Leur révolte a aussi un aspect social et économique (ils prétendent représenter le peuple contre les aristocrates pour beaucoup à Cantacuzène). Des historiens soviétiques sont allés jusqu'à interpréter la « crise zélote » comme une tentative de révolution et un épisode de « la lutte des classes ) dans l'empire byzantin.
Les nombreux textes publiés dans ce recueil, quasiment tous, inédits en français, ont été rédigés par des chroniqueurs et des témoins des deux camps. Leurs appréciations sur les Zélotes sont forcément contradictoires. Au terme de cet ouvrage, qui apporte un corpus documentaire exceptionnel, le phénomène zélote « conserve, encore, de nombreux aspects énigmatiques »
La tentation est grande de trouver des analogies entre la révolte des Zélotes de Thessalonique et des révoltes urbaines qui lui sont contemporaines en Europe : 1302, les Matines de Bruges, révolte sanglante des drapiers contre les autorités françaises ; en 1339, à Gênes, prise de pouvoir du gibelin Boccanegra qui chasse les aristocrates guelfes ; en 1347, à Rome, prise de pouvoir par le « tribun du peuple » , Cola de Rienzo qui essaie d'instaurer une sorte de république ; en 1378, à Florence, révolte des Ciompi qui placent à leur tête le cardeur de laine Michele di Lando qui, en tant que « gonfalonier de justice », affronte la Signoria (les autorités de la ville).
Mais la dimension religieuse n'est pas absente de la crise Zélote parce que, concomitamment, palamites (partisans des doctrines de saint Grégoire Palamas) et antipalamites s'affrontent.


Donnez votre avis Retour
RECHERCHER DANS LE CATALOGUE BEAUCHESNE

aide


DICTIONNAIRE DE SPIRITUALITÉ
ÉDITION RELIÉE
DS

LE COMPLÉMENT PAPIER INDISPENSABLE DE :

DS
ÉDITION EN LIGNE




EN PRÉPARATION
LA RÉVOLUTION DE L’ÉCRIT. EFFETS ESTHÉTIQUES ET CULTURELS

Le baptême, sacrement de la foi

FOLIES ET RIEN QUE FOLIES

Fascicule I
dans la même collection
Fascicule II Fascicule III Fascicule IVa Fascicule IVb

PENSÉE SYMPHONIQUE

LE POUVOIR AU FÉMININ

CHARLES DE BOVELLES, PHILOSOPHE ET PÉDAGOGUE

JEAN BAUDOIN (CA. 1584-1650) Le moraliste et l’expression emblématique

Écrits sur la religion


L'Education Musicale


SYNTHÈSE DOGMATIQUE

Partager et Faire savoir
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google Buzz Partager sur Digg