LE MYSTÈRE DE DIEU UN ET TRINE, Editions BEAUCHESNE

LE MYSTÈRE DE DIEU UN ET TRINE

Recensions (5)

LE MYSTÈRE DE DIEU UN ET TRINE
Louise-Marie ANTONIOTTI
EAN/ISBN : 9782701014111
Nb de pages : 170 p
Année : 2000
23.00 €

 « Quid Deus ? Qu'est-ce que Dieu ? » Telle est - selon les chroniqueurs -la toute première parole sortie de la bouche du jeune Thomas d'Aquin, alors oblat au mont Cassin parmi ceux qui « cherchent vraiment Dieu » (Règle de saint Benoît). Et, de fait, toute l'œuvre intellectuelle de saint Thomas est comme portée et traversée par ce désir ardent de connaître Dieu, dont l'Aquinate sait qu'il s'accomplira pleinement dans la vision face à face que Dieu promet à ceux qui l'aiment. « Nous Le verrons tel qu'Il est » (1 Jn 3, 2). Cette promesse rend audacieuse l'intelligence, car, de cette vision béatifique, les différentes formes de connaissance de Dieu que l'homme peut et doit développer ici-bas, in via, sont comme des participations, une sorte d'avant-goût. Dieu déjà se donne à connaître à travers sa création. Plus encore - mais toujours en énigme -, il nous fait la grâce de participer par le don surnaturel de la foi à la connaissance qu'Il a de lui-même et de toutes choses. Et c'est de cette connaissance que la théologie tente d'exprimer en termes humains tout le suc intelligible. Par suite, rien d'étonnant à ce que la Somme de théologie s'ouvre par les questions consacrées au mystère de Dieu: là est le début et la fin de toute entreprise d'intelligence de la foi.

Sœur Louise-Marie Antoniotti, o.p., arpente de longue date, sous la conduite des meilleurs maîtres, ces belles questions de la Somme. Il faut donc lui savoir gré de mettre à la disposition d'un large public le fruit d'un enseignement dispensé jusqu'à présent dans le cadre de la formation des moniales. Clarté et rigueur se conjuguent ici pour donner au lecteur une première et solide connaissance des thèmes essentiels de la théologie du Docteur commun sur ces questions fondamentales.

Il est vrai que ce discours sur Dieu - tel qu'il s'est développé dans la scolastique et tel qu'il est assumé par l'Église dans son patrimoine de sagesse - est aujourd'hui soumis à rude critique. On suspecte son authenticité chrétienne. N'a-t-on pas coupé le vin pur de la Parole avec l'eau de la sagesse humaine ? L'usage de la métaphysique dans l'enseignement chrétien ne conduit-il pas à une forme larvée de rationalisme qui a fait le lit de l'athéisme contemporain ? Bien plus, en traitant de Dieu d'une manière toute philosophique avant de parler de la Trinité, saint Thomas n'est-il pas à l'origine de l'exil de la Trinité dans la pensée catholique ?
On se gardera de souscrire trop naïvement à ces critiques dont les présupposés gagneraient à être critiqués. En fait, le projet thomasien d'intelligence du mystère de Dieu n'a rien perdu de son actualité. Loin de juxtaposer deux approches censées irréductibles, saint Thomas scrute de bout en bout en théologien le Mystère du Dieu révélé en Jésus-Christ tel que l'Église le prêche. Certes, pour des raisons méthodologiques bien compréhensibles, il est amené à envisager d'abord les perfections communes au Père, au Fils et à l'Esprit avant de considérer ce qui les distingue au sein de la Trinité. Mais il ne divise pas le mystère. Certes, aussi, pour mener à bien sa recherche, saint Thomas fait appel à la métaphysique et à une métaphysique qui' en reçoit dans son ordre propre un singulier accomplissement. Mais loin d'être une contamination de la foi, comme le craint « le fidéisme qui ne reconnaît pas l'importance de la connaissance rationnelle et du discours philosophique pour l'intelligence de la foi » Jean-Paul II, Fides et ratio, n° 55), le recours à la raison éclairée par la foi est une exigence pour la théologie chrétienne. Les noces de la métaphysique et de la révélation ne sont pas contre nature : elles sont à la source de la fécondité de la sagesse chrétienne. On en aura ici un bon aperçu. Père Serge-Thomas Bonino, o.p., directeur de la Revue thomiste.



SOMMAIRE

I. - LE MYSTÈRE DE DIEU UN ET TRINE
1. LA THÉOLOGIE EST LA SCIENCE DE DIEU EN SON MYSTÈRE
2. DIEU EST A L'ORIGINE DE TOUT L'ÊTRE  
2.1 L'existence d'un seul vrai Dieu  
2.2 L'intelligence de la foi en l'existence du seul vrai Dieu  
A. - Le point de départ est un fait d'expérience  
B. - Le cheminement consiste à remonter de l'effet constaté à sa cause propre  
C. - Le nerf de la preuve est le principe de causalité  
D. - Le rattachement de l'effet à sa cause propre se fait en vertu du principe de non-régression à l'infini dans l'ordre des causes essentiellement et actuellement subordonnées  
E. - La notion de cause est analogique  
F. - Le point d'arrivée est la connaissance d'un attribut divin  
2.3 Les cinq voies  
A. - La première voie  
C. - La deuxième voie  
D. - La troisième voie  
E. - La quatrième voie  
F. - La cinquième voie  
G. - L'affirmation « Je crois en Dieu» est susceptible d'une double acception  
3. DIEU EST L'ÊTRE MÊME SUBSISTANT
3.1 La simplicité de Dieu
3.2 L'Intelligence de la foi en la parfaite simplicité de Dieu
A. - En Dieu pas de composition de parties quantitatives
B. - En Dieu pas de composition de matière et de forme
C. - En Dieu pas de composition de nature et de sujet
D. - En Dieu pas de composition d'essence et d'acte d'être
E. - En Dieu pas de composition de substance et d'accidents
F. - En Dieu pas de composition logique 3.3 L'excellente perfection de Dieu
G. - Dieu est parfait
H. - Dieu est souverainement parfait
3.4 La bonté de Dieu
A. - Dieu est bon
B. - Dieu est souverainement bon
C. - Dieu seul est bon par essence
D. - L'infiniment bon est créateur de bonté
3.5 La beauté de Dieu
3.6 L'Infinité et l'immensité de Dieu
A. - L'infinité positive et absolue est propre et réservée à Dieu
B. - L'immensité de Dieu
C. - L'omniprésence de Dieu
D. - L'ubiquité de Dieu
3.7 L'immutabilité et l'éternité de Dieu
A. - Dieu est absolument immuable
B. - Dieu seul est immuable
C. - Dieu est éternel
D. - Dieu seul est éternel parce que lui seul est absolument immuable
3.8 L'unité de Dieu
A. - Dieu est un
B. - Dieu est unique
3.9 L'invisibilité, l'incompréhensibilité et l'ineffabilité de Dieu
A. - Comment connaissons-nous Dieu, Celui qui est Un et Trine, Lumière et Amour
B. - Par grâce, l'intelligence de la créature est élevée à la vision de la divine essence
C. - Pour voir Dieu, l'intelligence de la créature a besoin de la lumière de gloire 
D. - La lumière de gloire
E. - L'acte de voir Dieu
F. - La connaissance naturelle et la connaissance surnaturelle de Dieu
G. - Dieu est ineffable
H. - Le constitutif formel de l'essence divine
4. L'AGIR DE CELUI QUI EST L'ÊTRE MÊME SUBSISTANT  
4.1 La science de Dieu
A. - La science de Dieu est parfaite
B. - La science de Dieu est très parfaite
C. - Dieu se connaît lui-même, par lui-même et en lui-même, de façon compréhensive
D. - Avec la même simplicité Dieu cannait les choses visibles et invisibles dont il est le Créateur et le Seigneur
E. - La science de vision dirige l'œuvre de création
F. - La science de simple intelligence porte sur les choses qui demeureront toujours en puissance à être, soit dans la puissance de Dieu, soit dans celle des créatures
G. - La science de Dieu est exhaustive
H. - La science de Dieu, ouvrière de la création, exige la réalité des idées divines
I. - Dieu est la Vérité
J. - Dieu est la Vie
4.2 La volonté de Dieu 
A. - Qu'est-ce que la volonté ?
B. - Dieu, infini en intelligence, est infini en volonté
C. - Dieu, qui est la bonté même, s'aime parfaitement
D. - Il s'aime nécessairement
E. - Il s'aime infiniment
F. - Parce qu'il est immuable, sa volonté est indéfectible
G. - Dieu se veut lui-même et il veut les autres
G. - Dieu veut tous les êtres autres que lui, il les aime tous
I. - Dieu veut que toutes choses participent à sa bonté et lui soient ordonnées
J. - Nécessité et liberté s'embrassent
K. - Le vouloir de celui qui est nécessaire par soi n'est pas causé
L. - La volonté divine immuable en elle-même porte sur des choses qui changent
M. - Nécessaire en elle-même, la volonté divine ne rend pas nécessaire tout ce qu'elle veut
N. - L'amour de Dieu est le plus droit, le plus généreux et le plus désintéressé qui soit
O. - Comment Dieu, qui est Amour, peut-il tolérer les maux qui affectent les créatures ?
P. - Rien de cela ne peut porter atteinte à l'amour et à la joie de Dieu. Il est l'Amour. Il est la Joie
Q. - Peut-on lui attribuer d'autres sentiments spirituels ?
R. - Dieu est juste
S. - Dieu est le Miséricordieux
4.3 La providence de Dieu
A. - Dieu est provident
B. - La prédestination et la réprobation
4.4 La puissance de Dieu
4.5 La béatitude de Dieu

II. - LE DIEU VIVANT EST PÈRE, FILS ET SAINT ESPRIT
1. LA FOI EN LA TRÈS SAINTE TRINITÉ
1.1 La Trinité est un secret caché dans la perfection transcendante de Dieu
1.2 La révélation de la Trinité est l'explicitation du Nom divin JE SUIS.
B. - Sens du nom divin JE SUIS
C. - Jésus parachève la révélation du nom divin JE SUIS
D. - La tradition du nom divin par le Magistère de l'Église
1.3 Les Trois ont une seule substance, essence, nature ou divinité, une même immensité et éternité 
A. - Le Père, le Fils et le Saint Esprit sont consubstantiels
B. - Le Père, le Fils et le Saint Esprit sont trois personnes distinctes  
1.4 Tout le divin est commun aux Trois en tant qu'essence et se distingue en chacun des Trois en tant que relation
A. - Les personnes divines sont distinctes parce qu'elles procèdent l'une de l'autre
B. - En Dieu tout est un là où n'existe pas d'opposition de relations  
C. - Les Personnes divines sont les relations subsistantes
D. - Les Trois ne divisent pas l'essence
E. - Aucune personne ne précède l'autre par l'éternité, ni ne la dépasse par la majesté, ni ne la surpasse par la puissance
1.5 Les noms des Personnes divines
A. - Les noms propres
B. - Les actes notionnels, les notions et les propriétés
C. - Les noms communs
D. - Les noms appropriés
2. L'INTELLIGENCE DE LA FOI AU MYSTÈRE DE LA TRÈS SAINTE TRINITÉ
2.1 La génération éternelle du Verbe
A. - Être le Fils, c'est être engendré par le Père
B. - La notion exacte de verbe
C. - La Révélation affirme qu'il y a un Verbe en Dieu
D. - La procession du Verbe est l'éternelle naissance du Fils de Dieu
2.2 La procession du Saint Esprit
A. - Comment concevoir la procession sans naissance, la spiration unique, réellement distincte de la génération du Fils ?
B. - L'amour et l'amitié
C. - Le concept intégral d'amour
D. - Le concept intégral d'amitié
E. - L'amitié au sein de la Trinité
F. - Le Saint Esprit procède éternellement du Père et du Fils comme d'un seul principe, par une unique spiration
G. - Le Saint Esprit a « la procession sans naissance avec l'éternité» 
H. - Le Saint Esprit est vrai Dieu, consubstantiel au Père et au Fils
2.3 La Sainte Trinité et nous
A. - Les missions divines
B. - Les missions visibles
C. - Les missions invisibles
2.4 La Sainte Trinité et le salut de la famille humaine

III. - LES TRADITIONS GRECQUE ET LATINE CONCERNANT LA PROCESSION DU SAINT ESPRIT
1. L'événement
2. La question du Filioque
2.1 La proclamation du symbole de foi à la messe solennelle
2.2 Historique de l'Introduction du Filioque dans le symbole proclamé en latin et dans les formules dogmatiques à partir du XIIIe siècle
3. Un pas vers l'unité
3.1 La première clarification globale des difficultés en juillet 1982  
3.2 Le désir de Jean Paul II exprimé dans son homélie du 29 juin 1995
4. Le document du 8 septembre 1995
4.1 Le symbole de Constantinople I
4.2 Le sens authentique du Filioque
A. - La question linguistique
B. - Le contexte historique du développement doctrinal diffère en Occident et en Orient
C. - Le contexte théologique de l'Occident
D. - La divine essence est communiquée à l'Esprit Saint à partir du Père et du Fils
E. - Le Filioque ne conduit pas à une subordination de l'Esprit Saint dans la Trinité
F. - Aucune personne ne précède l'autre, mais elles sont corrélatives 
4.3 Le rôle original de l'Esprit dans l'économie du salut par rapport à la mission du Fils et à son œuvre
A. - L'Esprit Saint oriente par l'amour toute la vie de Jésus vers le Père dans l'accomplissement de sa volonté
B. - L'Esprit Saint enseigne aux enfants de Dieu à suivre Jésus
5. Réflexion sur le document du 8 septembre 1995

COMPENDIUM DE PHILOSOPHIE
Texte l : Les quatre causes
Texte 2 : Puissance et acte
Texte 3 : Matière et forme
Texte 4 : Nature et sujet
Texte 5 : Essence et acte d'être
Texte 6 : Substance et accidents
Texte 7 : L'analogie de l'être
Texte 8 : Les propriétés de l'être en tant qu'être
Texte 9 : Le principe de l'analogie
Texte 10 : Perfections mixtes et perfections pures
Texte 1l : Genre et différence spécifique
Texte 12 : L'intelligence et l'acte d'intellection
Texte 13 : La volonté et l'amour spirituel chez l'homme
Texte 14 : La génération humaine
Texte 15 : Personne et relation

Bibliographie brève




VIENT DE SORTIR AUX ÉDITIONS DOUIN
L'esprit du Compas. Outil et symbole

La vie électrique

VIENT DE SORTIR AUX ÉDITIONS FEUILLES
L’orchestre militaire français Histoire d’un modèle

AU FOND DU COULOIR À DROITE

L’orchestre militaire français Histoire d’un modèle

EN PRÉPARATION AUX ÉDITIONS FEUILLES
Voix hébraïques



NOUVEAUTÉS
Du libre arbitre et de la liberté

Esprit de « suite » Pour une lecture avisée et pratique des œuvres du répertoire organistique

MÉTAMORPHOSES DE SIMON LE MAGICIEN

Hegel ou le Festin de Saturne

Recherches phénoménologiques

Lectures phénoménologiques Merleau-Ponty, Sartre, Patočka et quelques autres   Lectures phénoménologiques Merleau-Ponty, Sartre, Patočka et quelques autres

HISTOIRE DU PANTHÉON

L’Évènement (im)Prévisible. Mobilisations politiques et dynamiques religieuses

N°65 CHANTER EN EGLISE

TH n°126 MORALES DU CARÊME


Partager et Faire savoir
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google Buzz Partager sur Digg
RECHERCHE

aide


À NOUVEAU DISPONIBLE
DS
DS


LE COMPLÉMENT PAPIER INDISPENSABLE DE :

DS
ÉDITION EN LIGNE




EN PRÉPARATION
LE MYSTÈRE DE L'AMOUR VIVANT

CHARLES DE BOVELLES, PHILOSOPHE ET PÉDAGOGUE

LA MÉTAPHORE MUSICALE DE L’HARMONIE DU MONDE À LA RENAISSANCE

JEAN BAUDOIN (CA. 1584-1650) Le moraliste et l’expression emblématique

LES FEMMES ILLUSTRES DE L’ANTIQUITÉ GRECQUE AU MIROIR DES MODERNES

Écrits sur la religion

Raisons d’État

Le laboratoire mathématique de NICOLAS DE CUES

LES ÉCRITURES DU SAVOIR. Le discours philosophique devant la question du religieux


L'Education Musicale


SYNTHÈSE DOGMATIQUE