LES CONGRÉGATIONS MARIALES I. DES ORIGINES À LA SUPPRESSION DE LA COMPAGNIE DE JÉSUS (1540-1773), Editions BEAUCHESNE

LES CONGRÉGATIONS MARIALES I. DES ORIGINES À LA SUPPRESSION DE LA COMPAGNIE DE JÉSUS (1540-1773)



LES CONGRÉGATIONS MARIALES I. DES ORIGINES À LA SUPPRESSION DE LA COMPAGNIE DE JÉSUS (1540-1773)
Emile VOLARET
EAN/ISBN : 9782701004334
Nb de pages : 608 p
Année : 1947

L'HISTOIRE des congrégations mariales est encore à faire », écrivait le Père Fouqueray dans les Etudes du 5 janvier 1903. Bien avant lui, on s'en était déjà plaint sur tous les tons et depuis quarante ans, la même plainte continue de se faire entendre. Au regret de cette lacune, au désir de la voir combler, se joint souvent l'étonnement de devoir la constater.
De fait, il y a bien lieu de s'étonner et de se demander quel sort fâcheux pèse sur cette histoire, pour la rendre irréalisable malgré le désir qu'on en a. Ce n'est pourtant pas histoire ancienne qui se perde dans la nuit des temps : elle ne remonte qu'au milieu du XVIe siècle ; ni histoire privée d'une confrérie locale, d'une simple association de piété sans matière à raconter : répandues dans le monde entier, les congrégations pratiquaient partout la dévotion, la charité, l'apostolat, l'action sociale sous les formes les plus variées. Moins encore est-elle histoire occulte et qu'on voulût délibérément celer: les congrégations se dépensaient en plein jour dans les manifestations de la religion, dans toutes les œuvres spirituelles et corporelles de miséricorde; les pauvres, les malades, les pécheurs, les hérétiques étaient les témoins permanents de leur activité.
[…]
Nous avons cru devoir diviser cette histoire en deux grandes périodes: avant et après la suppression de la Compagnie de Jésus. Cet événement, à la vérité, provoqua une crise fort grave dans la vie des congrégations ; il n'entraînait pas leur mort ; mais deux faits d'ordre juridique sont venus donner à leur activité une allure assez différente et aux congrégations elles-mêmes une physionomie renouvelée.
Non que rien ait été changé à leurs caractères essentiels ; loin de là, car c'est précisément un de leurs caractères essentiels de s'adapter à toutes les circonstances de temps et de lieux ; il en est d'elles comme des personnes dont le visage, exprimant à chaque instant les perpétuelles vicissitudes de leur vie, reste néanmoins toujours identique à lui-même.
En premier lieu, les congrégations ont débordé leur cadre primitif. Limitées par Grégoire XIII et par Sixte V aux maisons où s'exerce le ministère de la Compagnie de Jésus et placées par eux sous l'autorité du Père Général, elles s'établissent désormais en tous lieux et, sauf dans les maisons de l'Ordre, elles relèvent de la juridiction exclusive des évêques. Or, des nouvelles congrégations agrégées à la Prima Primaria de Rome, et qui sont en moyenne d'un bon millier chaque année depuis le début de ce siècle, quatre-vingt-quinze pour cent sont érigées hors des maisons de la Compagnie et sont par conséquent complètement entre les mains des évêques, cinq pour cent seulement sous la dépendance des jésuites, du moins en ce qui regarde leur régime intérieur car, pour l'activité extérieure, elles ont toujours toutes reconnu l'autorité épiscopale.
L'autre changement résulte du bref Quo tibi de Benoît XIV, permettant l'admission des femmes dans les congrégations et l'érection de congrégations spécifiquement féminines. Bien que datant de 1751, ce bref, par suite des événements n'a pratiquement produit son effet que depuis le début du XIXe siècle.
Enfin, sans aucun changement dans les congrégations mariales et, en vertu même de leur principe d'adaptation à tous les besoins et à toutes les aspirations de chaque époque, l'évolution produite dans toute la société et l'apparition d'institutions nouvelles ont entraîné des conséquences dans les formes de l'activité extérieure. Encore faut-il reconnaître que beaucoup de nouveautés ne sont en réalité que des renouvellements et l'on rencontrera, dans l'histoire du passé, bien des œuvres et des méthodes que l'on pourrait croire inventées de nos jours.



SOMMAIRE

INTRODUCTION

PREMIÈRE PARTIE. ORIGINES ET DÉVELOPPEMENTS

LIVRE PREMIER. - LES PIONNIERS
CHAPITRE PREMIER. - Au berceau de la Compagnie de Jésus.
CHAPITRE II. - Jean Leunis
CHAPITRE III. - François Coster
CHAPITRE IV. - Les grands Promoteurs
Saint Pierre Canisius
Le Père Claude Acquaviva
Les nonces de Grégoire XIII

LIVRE II. - LE GRAND ESSOR
CHAPITRE PREMIER. - La diffusion
CHAPITRE II. - Grégoire XIII
CHAPITRE III. - Sixte V
CHAPITRE IV. - « Mater et Caput »

DEUXIÈME PARTIE. MISSION PROVIDENTIELLE

LIVRE PREMIER. - LE CHAMP D'APOSTOLAT

CHAPITRE PREMIER. - La réac/ion contre l'hérésie
CHAPITRE II. - « Pro Sede Petri »
CHAPITRE III. - La défense de la chrétienté
CHAPITRE IV. - La propagation de la foi
CHAPITRE V. - La sanctification du clergé
CHAPITRE VI. - Les religieux dans les congrégations
CHAPITRE VII. - La réforme de la Société

LIVRE II. - L'APOSTOLAT SPÉCIALISÉ
CHAPITRE PREMIER. - La spécialisation des congrégations
CHAPITRE II. - Les milieux aristocratiques.
CHAPITRE III. - Les classes moyennes.
CHAPITRE IV. - Le monde des humbles
CHAPITRE V. - Congrégations féminines
CHAPITRE VI. - Congrégations d'enfants

TROISIÈME PARTIE. VIE ET ACTIVITÉ

LIVRE PREMIER. - L'ORGANISME
CHAPITRE PREMIER. - Le recrutement d'une élite
CHAPITRE II. - Le directeur
CHAPITRE III. - Les dirigeants

LIVRE II. - LA VIE MARIALE
CHAPITRE PREMIER. - La Reine et la Mère.
CHAPITRE II. - Les fils et les serviteurs
CHAPITRE III. - La consécration

LIVRE III. - L'ÉCOLE DE PERFECTION
CHAPITRE PREMIER. - Les pratiques ordinaires
CHAPITRE II. - Les sacrements
CHAPITRE III. - Vertus austères
CHAPITRE IV. - Vertus aimables
CHAPITRE V. - Congrégations secrètes
CHAPITRE VI. - La vie intellectuelle

QUATRIÈME PARTIE VIE PUBLIQUE
CHAPITRE PRÉLIMINAIRE. - L'activité extérieure des congrégations
 
LIVRE PREMIER. - LES ŒUVRES SPIRITUELLES
CHAPITRE PREMIER. - Pour l'honneur de Dieu.
CHAPITRE II. - La guerre au scandale
CHAPITRE III. - La communions générales
CHAPITRE IV. - Enseigner les ignorants
CHAPITRE V. - La presse

LIVRE II. - LES ŒUVRES CORPORELLES
CHAPITRE PREMIER. - Les prisonniers
CHAPITRE II. - Les malades
CHAPITRE III. - Les pauvres
CHAPITRE IV. - Les œuvres sociales

CINQUIÈME PARTIE GLOIRES ET ÉPREUVES
CHAPITRE PMIER. - « Laudes nuntiet Ecclesia »
CHAPITRE II. – « Persecutionem palientur »
CHAPITRE III. - « Anie Reges et Prœsides »

INDEX ALPHABÉTIQUE DES MATIÈRES
INDEX DES NOMS PROPRES




VIENT DE SORTIR AUX ÉDITIONS DOUIN
L'esprit du Compas. Outil et symbole

La vie électrique

VIENT DE SORTIR AUX ÉDITIONS FEUILLES
L’orchestre militaire français Histoire d’un modèle

EN PRÉPARATION AUX ÉDITIONS FEUILLES
Voix hébraïques



NOUVEAUTÉS
Du libre arbitre et de la liberté

Esprit de « suite » Pour une lecture avisée et pratique des œuvres du répertoire organistique

MÉTAMORPHOSES DE SIMON LE MAGICIEN

Hegel ou le Festin de Saturne

Recherches phénoménologiques

Lectures phénoménologiques Merleau-Ponty, Sartre, Patočka et quelques autres   Lectures phénoménologiques Merleau-Ponty, Sartre, Patočka et quelques autres

HISTOIRE DU PANTHÉON

L’Évènement (im)Prévisible. Mobilisations politiques et dynamiques religieuses

N°65 CHANTER EN EGLISE

TH n°126 MORALES DU CARÊME


Partager et Faire savoir
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google Buzz Partager sur Digg
RECHERCHE

aide


À NOUVEAU DISPONIBLE
DS
DS


LE COMPLÉMENT PAPIER INDISPENSABLE DE :

DS
ÉDITION EN LIGNE




EN PRÉPARATION
LE MYSTÈRE DE L'AMOUR VIVANT

CHARLES DE BOVELLES, PHILOSOPHE ET PÉDAGOGUE

LA MÉTAPHORE MUSICALE DE L’HARMONIE DU MONDE À LA RENAISSANCE

JEAN BAUDOIN (CA. 1584-1650) Le moraliste et l’expression emblématique

LES FEMMES ILLUSTRES DE L’ANTIQUITÉ GRECQUE AU MIROIR DES MODERNES

Écrits sur la religion

Raisons d’État

Le laboratoire mathématique de NICOLAS DE CUES

LES ÉCRITURES DU SAVOIR. Le discours philosophique devant la question du religieux


L'Education Musicale


SYNTHÈSE DOGMATIQUE