TH n°052 THÉOLOGIE DE L'AGONIE DU CHRIST. LA LIBERTÉ HUMAINE DU FILS DE DIEU ET SON IMPORTANCE SOTÉRIOLOGIQUE, Editions BEAUCHESNE

TH n°052 THÉOLOGIE DE L'AGONIE DU CHRIST. LA LIBERTÉ HUMAINE DU FILS DE DIEU ET SON IMPORTANCE SOTÉRIOLOGIQUE



TH n°052 THÉOLOGIE DE L\'AGONIE DU CHRIST. LA LIBERTÉ HUMAINE DU FILS DE DIEU ET SON IMPORTANCE SOTÉRIOLOGIQUE
François-Marie LETHEL
EAN/ISBN : 9782701000855
Nb de pages : 130 p
Année : 1988
EN COURS DE REIMPRESSION

 
Un événement majeur de la vie du Christ : son agonie.
Le principal débat christologique du VIIè siècle a fondamentalement pour objet l’enjeu de cette agonie : la pleine réalité de la liberté humaine du Christ, manifestée par son histoire. La doctrine impériale était soucieuse, face au raz-de-marée islamique, de trouver une formule de compromis, capable de rassembler les énergies théologiennes de la chrétienté byzantine. Le dogme de l’unique Volonté du Christ, le monothélisme, devait réaliser cette concorde précaire. Mais, fidèle à Chalcédoine, véritable synthèse vivante de toutes les traditions de foi réfléchies depuis des siècles sur le paradoxe toujours approfondi à nouveau de l’Incarnation divine, Maxime, en penseur génial et héroïque confesseur de ses certitudes, découvrit que le « fiat » de Jésus à Gethsémani représentait le salut des hommes voulu humainement par une Personne divine. Dans l’ordre de la liberté, où s’exprimait l’obéissance du Fils incarné à l’égard de son Père, Maxime, abandonné de tous, a reconnu et maintenu, jusque dans sa propre agonie, la vérité du comportement pleinement humain d’une Personne divine. On ne peut s’empêcher d’être saisi par la grandeur à la fois tragique et glorieuse d’une telle affirmation, portée par un théologien que tout invitait à jouer le jeu du pouvoir, celui de l’empereur et du patriarche de Constantinople.
Dans la confession et le martyre, Maxime préféra défendre la vérité du pur évangile, celle des deux volontés du Christ, divine et humaine. En 681, le VIè Concile œcuménique, celui de Constantinople III, devait ratifier la vraie logique du dogme dans l’Eglise, comme Maxime, entraînant dans son sillage le Pape Martin Ier, avait été le seul à percevoir au moment crucial de sa carrière mystique.
Sur cet épisode tourmenté de l’histoire doctrinale du christianisme, l’étude de François-Marie Léthel jette une clarté jamais acquise jusqu’à ce jour. La sobriété rigoureuse de son analyse s’accompagne d’une perspicacité rare. Ni Hans Urs von Balthasar, ni – dans cette même collection – Alain Riou et J. Miguel Garrigues n’avaient encore dégagé avec une telle pénétration le caractère essentiellement humain, selon Maxime, de l’acte libre posé par le Christ à Gethsémani.
La collection Théologie Historique s’honore de faire connaître à ses lecteurs ce travail d’un jeune Père Carme, historien du dogme chrétien.

 



SOMMAIRE

Préface

Bibliographie

Introduction

Première partie : Le monothélisme byzantin

Chapitre premier. Un texte crucial de saint Grégoire de Nazianze sur la volonté du Christ
I- Texte
II- Les problèmes posés
1. Une volonté du Christ
2. Altérité et contrariété
3. L'interprétation des paroles de Jésus

Chapitre II. Le Psèphos du patriarche Serge (Juin 633)
I- Texte
II- Commentaire
A. Hypothèse des deux volontés du Christ au moment de l'agonie
B. Réduction au principe de non-contradiction
C. Négation de l'hypothèse : le refus de la Passion n'est pas une vraie volonté humaine mais seulement "mouvement naturel de la chair"
III- Les conséquences du Psèphos
A. L'approbation d'Honorius (début 634)
B. L'Ecthèse de 638

Chapitre III. Autre interprétation : l'approbation de la volonté humaine (à partir de 639)

Seconde partie : Maxime le Confesseur

Chapitre premier. L'approbation du Psèphos (fin 633-début 634)

Chapitre II. Les approches du problème
I- La première affirmation de la volonté humaine du Christ (634-640)
A. Opuscule 4
B. Opuscule 20
II- Fondement ontologique : la distinction nature/hypostase

Chapitre III. La solution (vers 641)
I- Texte de l'Opuscule 6
II- Commentaire
A. Présentation de la thèse monothéliste
B. Thèse de Maxime
C. Confirmation de la thèse
D. Conclusion synthétique

Epilogue : Le dogme de la liberté humaine du Christ
I- La définition
II- La confession

Annexes
I- Trois grands textes de Maxime sur l'agonie, écrits entre 642 et 646
II- Le problème de la gnômè, exclue de l'humanité du Christ




VIENT DE SORTIR AUX ÉDITIONS DOUIN
LA vie électrique

VIENT DE SORTIR AUX ÉDITIONS FEUILLES
Voix hébraïques


EN PRÉPARATION AUX ÉDITIONS DOUIN
Tirage limité Jardin et cottages
Parution le 8 octobre 2020



Editions Feuilles

Edition Heures de France

L'Education Musicale
RECHERCHER DANS LE CATALOGUE BEAUCHESNE

aide


DICTIONNAIRE DE SPIRITUALITÉ
ÉDITION RELIÉE
OFFRE SPÉCIALE JUSQU'AU 30 NOVEMBRE 2020
DS

LE COMPLÉMENT PAPIER INDISPENSABLE DE :

DS
ÉDITION EN LIGNE




EN PRÉPARATION
FOLIES ET RIEN QUE FOLIES

DU MONDE AU DESERT, L’ASPIRATION A LA SOLITUDE AU XVIIe SIECLE

Fascicule I
dans la même collection
Fascicule II Fascicule III Fascicule IVa Fascicule IVb

PENSÉE SYMPHONIQUE

LE POUVOIR AU FÉMININ

HISTOIRE SOCIALE DE L’ESPRIT SAINT EN OCCIDEN

DU JANSÉNISME AU MODERNISME La bulle Auctorem fidei (1794)

CHARLES DE BOVELLES, PHILOSOPHE ET PÉDAGOGUE

JEAN BAUDOIN (CA. 1584-1650) Le moraliste et l’expression emblématique

Écrits sur la religion


L'Education Musicale


SYNTHÈSE DOGMATIQUE

Partager et Faire savoir
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google Buzz Partager sur Digg