L’ACTIVITÉ ARTISTIQUE PHILOSOPHIE DU FAIRE VOLUME 1 ET 2, Editions BEAUCHESNE

L’ACTIVITÉ ARTISTIQUE PHILOSOPHIE DU FAIRE VOLUME 1 ET 2



L’ACTIVITÉ ARTISTIQUE PHILOSOPHIE DU FAIRE VOLUME 1 ET 2
M.-D. PHILIPPE
EAN/ISBN : 9782701022635
Nb de pages : 808
Année : 1969
74.00 €

LES 2 VOLUMES 74 €

Toute recherche philosophique réaliste considère l’homme en sa totalité pour préciser ses grandes orientations :

1. L’homme dans son dialogue avec l’univers : activité artistique;

2. L’homme dans son dialogue avec l’homme : l'agir parfait: l'amitié; 

3. L’homme dans sa recherche du Transcendant : analyse de l'être et découverte de l'Être premier.

Les idéologies contemporaines risquent souvent de nous écarter de ce regard réaliste; il semble donc opportun de reprendre cette recherche fondamentale, toujours nouvelle.

Le premier volume de l’essai de philosophie porte précisément sur l’analyse philosophique de l’activité artistique, enveloppant du reste dans l’activité artistique tout le faire humain. S’il a semblé bon de commencer cette recherche de philosophie réaliste par l’analyse de l’activité artistique, c’est en raison de l’importance très grande, pour l’homme, de cette activité, spécialement à notre époque. N’est-ce pas en ce qui concerne l’activité artistique qu’une philosophie réaliste peut le mieux rencontrer la philosophie idéaliste en ce qu’elle a de meilleur, et, par le fait même, en montrer à la fois la grandeur et les limites ?

Après une introduction rappelant les grandes tendances manifestées par les diverses esthétiques, l’auteur considère successivement : les diverses réalisations et conceptions de l'art; la structure de l'activité artistique; l'expérience artistique; la contemplation artistique; l'inspiration; le choix artistique; le travail; le jugement de valeur artistique; l'œuvre artistique; le style dans l'œuvre d'art.



SOMMAIRE

VOLUME 1

 

Avant-propos

Introduction

 

Chapitre premier.

Diverses réalisations et conceptions de l’art

1. Les réalisations

L’art préhistorique. — L’art chinois. — L’art de l’Inde. — L’art japonais. — L’art bouddhique. — L’art du Mexique et du Pérou. — L’art de l’Océanie et de l’Australie. — Les arts de l’Afrique noire. — L’art du Proche et Moyen Orient. — L’art de l’Iran. — L’art égyptien. — L’art islamique. — L’art crétois et mycénien. — L’art grec. — L’art étrusque. — L’art romain. — L’art celte. — L’art chrétien. — La Renaissance.

2. Les grandes conceptions poétiques et philosophiques de l’art

L’art possède une certaine autonomie. — Malgré son originalité, l’art demeure ordonné à autre chose. — Le poète se présente comme un médiateur, un voyant, un prophète. — L’art est proclamé par les philosophes comme un absolu. — L’art est affirmé comme rival de Dieu. — L’art sur­réaliste et l’art abstrait se veulent création de la vie à l’état pur. — L’art, création pure, transcende le temps et la mort ; il est un anti-destin. — L’art est conçu comme étant au delà de l’homme, comme le nouveau dieu de l’homme.

 

Chapitre II.
Structure de l’activité artistique

 

Chapitre III. L’expérience artistique

1. Opinions des philosophes et esthéticiens

2. Notes caractéristiques de l’expérience artistique selon le témoignage des artistes

L’expérience artistique apparaît comme une connaissance sensible très riche, impliquant quelque chose de plus que la simple perception. — Cette expérience fait « choc », elle implique une émotion très forte et incommunicable. — Cette expérience-émotion est une révélation. — Elle est source d’un plaisir. — Elle apparaît comme « intemporelle ». — Elle apparaît comme gratuite. — Elle apparaît comme source d’une fécondité possible. Elle est à l’origine même de l’inspiration. — Cette expérience se prolonge en une « vie secrète ».

3. Détermination philosophique de l’expérience artistique
— Ce qui est atteint par l’expérience artistique — Fondement ontologique de ce qui est atteint dans l’expérience artistique —
La « figura ». — Figura et terme. — Figura et nature. — Parties intégrantes de la figura. — Figura et rythme. — Figura, rythme, beauté (« habitus entitatif » de beauté). 
L’apport subjectif dans l’expérience artistique — Propriétés de l’expérience artistique —Singularité. — Richesse. — Force de séduction. — Caractère intemporel. — Elle est source de joie. — Elle est source de détente et de liberté. 


4. Diversité des expériences artistiques

 

Chapitre IV. 


La contemplation artistique

1. L’activité contemplative

2. Caractères propres de la contemplation artistique

3. Contenu propre de la contemplation artistique

4. Contemplation artistique, philosophique et mystique

5. Divers types de contemplation artistique

 

Chapitre V.

L’inspiration

1. Diverses opinions philosophiques sur l’inspiration

2. Diverses notes caractéristiques de l’inspiration selon le témoignage des artistes

3. Ce qu’est l’inspiration

4. Origine de l’inspiration

5. Divers types d’inspirations artistiques

 

Chapitre VI.
Le choix artistique

1. Inspiration et choix artistique

2. Diverses notes caractéristiques du choix artistique

Concentration intérieure. — Effort de l’esprit : « sueur intérieure ». — Passage du possible divers à ce qui s’impose : valorisation, mise en lumière. — Mise en obscurité : annihilation. — Liberté souveraine. — Libération, transfiguration.

3. Nature du choix artistique

Le choix artistique est analogue au choix du Créateur. — Il est un certain discernement au niveau de l’inspiration, un jugement ayant comme fruit immanent le projet-idea. — Il implique un engagement de l’artiste à l’égard de son œuvre. 


4. Propriétés du choix artistique

 

Chapitre VII 


Le travail

1. Notes caractéristiques du travail


2. Ce qu’est le travail

3. Fondement ontologique du travail

4. Réalisation artistique et usage moral


5. Réalisation artistique, raisonnement, gestation


6. Diverses modalités et qualités du travail

 

Chapitre VIII 


Le jugement de valeur artistique

1. Le témoignage des artistes


2. Comment, du point de vue philosophique, devons-nous considérer ce jugement de valeur ?

3. Caractères propres de ce jugement

4. Jugement artistique et jugement prudentiel

5. Jugement artistique et jugement affectif

6. Jugement artistique et jugement du Créateur

7. Comment l’œuvre peut-elle être jugée par ceux qui ne l’ont pas produite ?

8. Création divine, procréation humaine et réalisation artistique

 

Chapitre IX

L’œuvre artistique

1. Témoignages de quelques artistes

2. Opinions de quelques philosophes


L’œuvre est médiatrice entre l’idée et la réalité physique. — Elle est un absolu : celui de la forme. — Elle est essentiellement et éminemment objet : elle s’impose comme étant nécessaire. — Elle est dévoilement, ouverture, révélation. — Elle est signifiante et expressive. Elle est un pour-soi. — Elle est un irréel, au delà du réel. — Elle est un phénomène absurde, qui aide l’homme à maintenir sa révolte. 


3. Discernement entre l’œuvre artistique et la réalité naturelle

4. Ce qu’est l’œuvre artistique en elle-même, relativement à l’artiste

5. Ce qu’est l’œuvre artistique en elle-même, comme « forme »

6. Fin propre de l’œuvre artistique

7. Qualités propres de l’œuvre d’art

 

Chapitre X 


Le style dans l’œuvre d’art

Diversité des styles. — Style classique et style romantique.

 

Bibliographie

 

VOLUME 2

 

PREMIÈRE PARTIE

 

Chapitre premier. L’art, perfection de l’homme

L’art du point de vue descriptif

Les diverses facultés impliquées dans l’activité artistique

Nature de l’habitus d’art

But propre des habitus d’art

Sujet propre des habitus d’art

 

Chapitre II. L’art et la prudence

Nature de la prudence

Différence entre l’art et la prudence

Confusions possibles entre l’art et la prudence

Coopération possible entre l’art et la prudence

 

Chapitre III. 
L’art, l’amitié, la contemplation

 

Chapitre IV.
 L’art, la religion, la foi chrétienne

 

Chapitre V.
 Diversité et hiérarchie des arts

Le fait de la diversité

Réflexion philosophique

Première distinction par la finalité. — Deuxième distinction selon les divers moments de l’activité artistique.

Comparaison avec l’activité morale et les vertus morales

 

Chapitre VI. Les arts principaux

La poésie

La musique

La peinture

La sculpture

L’art dramatique

Le roman

La danse

L’architecture

Le cinéma

Comparaison des grandes formes de l’art

 

Chapitre VII. Art artisanal et habileté des techniques

L’art artisanal et sa diversité

L’habileté des techniques

 

Chapitre VIII. Le poète, l’artiste, l’artisan

L’homme se transforme par son activité artistique plus que par ses autres activités

Les artistes sont des hommes sensibles à l’inspiration et capables de juger avec autorité de la valeur artistique de ce qu’ils voient

Artisans et techniciens

L’artiste, homme d’expérience et de contemplation

La personnalité de l’artiste

Personnalité artistique et personnalité humaine

 

DEUXIÈME PARTIE. ÉTUDES CRITIQUES

 

Chapitre premier. Essai critique sur la notion du beau

1. Diversité de significations du beau dans le langage

2. Diverses manières dont les artistes parlent du beau

Beau et bon s’identifient. — La beauté est considérée comme identique à la vérité. — Elle est liée à la forme, à l’ordre, à la proportion. — Le beau est ce qui ennoblit notre vision. — Caractère énigmatique et mystérieux de la beauté.

3. Diverses manières dont les philosophes définissent le beau

Le beau possède une valeur réelle et objective, ontologique

Le beau est le bien, ou du moins un élément essentiel du bien. — Le beau et le bien se confondent en Dieu. — Le beau n’est ni l’un, ni le bien, mais il tend vers l’unité et il est l’éclat et le rayonnement du bien et de la vie. — Il est l’ordre, l’harmonie, l’un dans la diversité. — Il est au delà de la vérité et du bien; c’est l’exister lui-même. — La beauté est la splendeur de tous les transcendantaux. — Le beau est l’être en tant que doué de forme.

Le beau n’existe que comme valeur subjective

Le beau est le plaisir. — La beauté est l’idée, elle est dans l’esprit. — Le beau est l’activité expressive. — Il est apparition de la personnalité, propriété du soi. — Ce qu’on appelle « beau » n’est que le reflet de l’homme dans les choses; le beau est lié à la volonté de puissance. — Il est une valeur de l’imaginaire. — Il est une valeur sociale. — La beauté est liée à l’intérêt qu’elle suscite ou à l’usage qu’on en fait.

Le beau n’est ni purement objectif, ni purement subjectif

Le beau, fondement de l’émotion. — Le beau est ce qui plaît sans intérêt, sans concept. — Le beau, accord de la nature et de l’esprit. — Le beau-idéal. — Le beau est, dans la forme, l’effet du mouvement gracieux. — Le beau, unité dans la variété; le beau-harmonie. — Le beau, apparence de la perfection sensible. — Le beau, synthèse de qualités sensibles. — Le beau, réussite éclatante. — Le beau-valeur. — Le beau-vérité.

4. Détermination philosophique du beau

Contenu de la notion analogique du beau

Le beau est-il un transcendantal ?

Peut-on parler d’un beau formel ?

5. Les diverses modalités du beau

Le beau naturel

Laideur de la nature

Le beau formel

Le beau des arts proprement dits

Le beau du projet-idea. — Le beau de l’œuvre d’art.

Le beau des œuvres utilitaires

Ces divers types du beau (beau de la nature, beau des arts proprements dits, beau-utile) peuvent-ils se trouver réalisés simultanément dans une seule
et même réalité ?

 

Chapitre II. L’art imite la nature

 

Chapitre III.
 Les « voies déterminées » de l’art

 

Chapitre IV.
 L’idea et le concept

Nécessité d’inférer l’existence de l’idea artistique. — Nature de l’idea. — Diversité des idées artistiques.

 

Bibliographie






LE BLOG
EDITIONS BEAUCHESNE : LE BLOG"

NOUVEAUTÉS
N°65 CHANTER EN EGLISE

05. MÉDAILLES DES ROIS DE FRANCE AU XVIe SIÈCLE : REPRÉSENTATION ET IMAGINAIRE

06. Aux marges du roman antique. Études sur la réception des fringe novels (fictions biographiques et autres « mythistoires ») de la Renaissance à l’époque moderne

TH n°126 MORALES DU CARÊME

LE PÈRE MARIE-BERNARD, SCULPTEUR DE THÉRÈSE

Les Principes fondamentaux de la musique occidentale

LES MESSAGES D’AMOUR DE JÉSUS À GABRIELLE BOSSIS UNE DISCIPLE DE THÉRÈSE.

EPEKTASIS


Partager et Faire savoir
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google Buzz Partager sur Digg
RECHERCHE

aide


EN SOUSCRIPTION
DS
DS


LE COMPLÉMENT PAPIER INDISPENSABLE DE :

DS
ÉDITION EN LIGNE




EN PRÉPARATION
TH n°127 LE DERNIER THÉOLOGIEN ? Théophile Raynaud : Histoire d’une obsolescence

19 - SUR L’ESPRIT ET L’ESSENCE DU CATHOLICISME (1819)

TH n°128 Les polémiques religieuses du 1er au IVe siècle de notre ère.

Écrits sur la religion

Recherches phénoménologiques

Lectures phénoménologiques Merleau-Ponty, Sartre, Patočka et quelques autres 	Lectures phénoménologiques Merleau-Ponty, Sartre, Patočka et quelques autres

Raisons d’État

Le laboratoire mathématique de NICOLAS DE CUES

L’Évènement (im)Prévisible. Mobilisations politiques et dynamiques religieuses

LES ÉCRITURES DU SAVOIR. Le discours philosophique devant la question du religieux

Hegel ou le Festin de Saturne

HISTOIRE DU PANTHÉON


L'Education Musicale


SYNTHÈSE DOGMATIQUE