CETTE EUROPE QU’ON DIT CENTRALE. Des Habsbourg à l’intégration européenne 1815-2004, Editions BEAUCHESNE

CETTE EUROPE QU’ON DIT CENTRALE. Des Habsbourg à l’intégration européenne 1815-2004

Recensions (1)

CETTE EUROPE QU’ON DIT CENTRALE. Des Habsbourg à l’intégration européenne 1815-2004
Catherine HOREL

EAN/ISBN : 9782701015439
40.00 €

Quelle est la place des pays d’Europe centrale désormais intégrés à l’Union européenne ? À l’heure où se pose la question des frontières d’une Europe unie et des limites de son ambition, l’Europe centrale se trouve une fois de plus placée dans une situation périphérique. Notre perception actuelle demeure marquée par la guerre froide qui a fait disparaître l’Europe centrale du paysage européen, où elle était bien présente, notamment du point de vue français.Malgré les aspirations occidentales de ce qui fut relégué dans une marge globalisée par le terme d’« Europe de l’Est », l’histoire de la région et son appartenance à l’empire des Habsbourg en font un espace intermédiaire, aux frontières elles aussi mouvantes, entre deux puissances, sinon menaçantes, du moins dangereuses – quels qu’aient pu être leurs régimes politiques.
L’Europe centrale est-elle destinée à demeurer une réalité pour ses seuls intellectuels,
les historiens qui y trouvent leur objet d’étude et les touristes ?
Un univers mental fait de la conscience de ses nations d’être mortelles et une entité où la culture joue un rôle surévalué ? Elle a pourtant la prétention de devenir « normale », ainsi que l’ont affirmé ses dirigeants au moment de l’adhésion de 2004, c’est-à-dire de s’inscrire dans une durée longue, caractéristique des grandes nations occidentales. Mais malgré cette nouvelle conscience de soi dont jouissent ses peuples aujourd’hui inclus dans un système de sécurité et, il faut l’espérer, de prospérité, l’Europe centrale ne peut se défaire de son histoire et de ses repères à jamais communs. Elle reste une région inscrite dans les mentalités et les souvenirs, un monde de cultures et de sensibilités différent, et, à ce titre, un espace à part entière de l’Europe qu’elle doit contribuer à enrichir en lui rappelant sans cesse par sa présence de ne pas oublier son passé.

Catherine Horel, directrice de recherche au CNRS (IRICE, Université de Paris-I) est spécialiste de l’Europe centrale contemporaine. Membre de plusieurs organisations et équipes de recherche internationales, elle a enseigné à Strasbourg-III (Centre d’études germaniques), à l’Université catholique de Louvain-la-Neuve (Institut d’études européennes), à l’Université de Vienne ainsi qu’à Paris-I. Elle est l’auteur, entre autres, de Histoire de Budapest, Paris, Fayard, 1999 ; La restitution des biens juifs et le renouveau juif en Europe centrale (Hongrie, Slovaquie, République tchèque),Wiener Osteuropa Studien, Peter Lang, Berne, 2002 ; De l’exotisme à la modernité. Un siècle de voyage français en Hongrie (1818-1910), Budapest, ELTE (Új és Jelenkori Egyetemes Történeti Tanszék), 2004 ; Soldaten zwischen nationalen Fronten. Die Auflösung derMilitärgrenze und die Entwicklung der königlich-ungarischen Landwehr (Honvéd) in Kroatien-Slawonien 1868-1914, Vienne, Académie des sciences (Commission d’histoire de la monarchie des Habsbourg), 2009.



SOMMAIRE

Avant-propos
Cartes

PREMIÈRE PARTIE - L’évolution historique de l’Europe centrale. Centre et périphéries
1. Des Lumières au Printemps des peuples (1789-1848)
La géographie politique de l’Europe centrale après le congrès de Vienne
1848 ou l’invention de la nation
2. La tentation orientale, 1866-1918
L’évolution de l’Europe centrale dans les relations internationales
La question des nationalités
Unité et diversité de l’Europe centrale
3. Du centre vers la périphérie, 1919-1947
La nouvelle carte de l’Europe centrale
Des projets d’union pour l’Europe centrale et orientale
4. « L’Europe de l’Est », 1948-1989
La renaissance de l’Autriche
La soviétisation de l’Europe centrale
La contestation : un phénomène centre-européen
5. La renaissance de l’Europe centrale, 1989-2004
La Hongrie à la pointe de la transition démocratique
La Tchécoslovaquie : une transition à deux vitesses
Slovénie et Croatie : le retour en Europe centrale

DEUXIÈME PARTIE - Les représentations de l’Europe centrale
1. L’Europe centrale vue de l’intérieur
« Une nostalgie incurable de l’Occident »
Un Orient rejeté
La haine de soi
La place et l’image de l’Autriche
Les transferts culturels
Frontières et représentations du territoire
Les stéréotypes nationaux
2. L’Europe centrale vue de l’extérieur
L’européanité de l’Europe centrale
Mitteleuropa : vision allemande ou autrichienne ?
La vision russe : panslavisme et slavophilie
La vision française
La vision italienne
La vision des historiens

TROISIÈME PARTIE - Les cultures politiques de l’Europe centrale
1. Libéralisme national ou nationalisme libéral ?
2. Le mythe du fédéralisme
Les précurseurs de 1848
Le fédéralisme au secours de l’empire des Habsbourg
Le fédéralisme après 1914
Redessiner l’Europe centrale dans l’entre-deux-guerres
Cette Europe qu’on dit centrale
Le fédéralisme entre les deux totalitarismes
La social-démocratie et l’austromarxisme
Le socialisme agraire
Le christianisme social
Les fascismes spécifiques de l’Europe centrale
Un autre mythe : « la troisième voie »
Le rôle de la dissidence et la redécouverte de l’Europe centrale

Conclusion
Bibliographie
Index des noms



Recensions (1)


LE BLOG
EDITIONS BEAUCHESNE : LE BLOG"

NOUVEAUTES
Une passion après AUSCHWITZ ?

QUARANTE TROIS CHANTS

CROIRE ET PARTICIPER

J'AI CONSTRUIT LA TOUR EN FER

BAC 2017

LA FIGURE DU CHRIST EN CHARTREUSE

LES NOUVELLES ECCLESIASTIQUES

FRANCHE COMTE

HUMILITE CHEZ LES MYSTIQUES RHENANS ET NICOLAS DE CUES

PASCHA NOSTRUM CHRISTUS


Partager et Faire savoir
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google Buzz Partager sur Digg
NEWSLETTER
Email: