INTRODUCTION A L'ETUDE DU MERVEILLEUX ET DU MIRACLE, Editions BEAUCHESNE

INTRODUCTION A L'ETUDE DU MERVEILLEUX ET DU MIRACLE

Recensions (1)

INTRODUCTION A L\'ETUDE DU MERVEILLEUX ET DU MIRACLE
Joseph de TONQUEDEC
EAN/ISBN : 9782701019871
49.00 €

 



SOMMAIRE

Préface
Note préliminaire

LA QUESTION DU MERVEILLEUX

LIVRE 1 - LES ATTITUDES PHILOSOPHIQUES PRÉSUPPOSÉES À L'ÉTUDE DES FAITS

CHAPITRE 1 - Attitudes philosophiques exclusives du miracle. - Les philosophies naturalistes

§ I. Exposé - §II. Critique.

CHAPITRE II - Le déterminisme : L'induction contre le miracle

Préambules et Historique.

I. Induction considérée comme un simple résumé du passé, sans conclusion.

II. Induction proprement dite, introduisant des conclusions rigoureuses.

§I. - Étude générale de l'objection

a) Induction fondée sur l'expérience ordinaire. b) Induction fondée sur l'expérience des faits d'apparence merveilleuse. Face positive et face négative de l'induction. - Conclusion : la nature intime de l'induction,

§ II. - Une forme spéciale de l'objection

Le principe du déterminisme scientifique : le merveilleux et la science expérimentale.

III. – Induction improprement dite, amenant de simples conjectures.

CHAPITRE III - Les philosophies de la contingence et de la continuité.

§ I.- Une position radicalel.MPITH.périmentale, p. 64 à 'j6

§ Il. – Les philosophies de MM. Bergson, E. Leroy et M. Blondel

I. MM. Bergson et Le Roy. - A. La contingence d'après M. Bergson - B. La continuité d'après

M. Bergson. - C. Corollaire : Les lois de la nature : M. Le Roy. - D. Application au miracle.

II. M. M. Blondel. - A. La contingence. -B. La continuité.

§ III. - Critique

A. La contingence; B. La continuité.

CHAPITRE IV - Attitude adoptée

SECTION I. Les explications naturelles
Erreur ou fiction. - Forces naturelles connues. – Forces naturelles inconnues.

SECTION II. Les explications surnaturelles
I° Dieu
La croyance en Dieu et la croyance au miracle : leur indépendance.- Comment la croyance en Dieu s'harmonise avec la croyance au miracle.

Partie négative : les objections contre l'intervention de Dieu dans le monde
1° Le miracle rabaisse Dieu au rang des causes secondes (A. Sabatier, Tyrrel, M. Loisy). – 2° Le miracle implique en Dieu mutabilité ou impuissance (Voltaire, M. A. France). - 3° Le miracle implique en Dieu un manque de sagesse ou de dignité (Voltaire, M. Séailles). – 4° Le témoignage de l'expérience infirme la probabilité d'une intervention divine (Hume, Stuart Mill). – 5° De la tonte-puissance de Dien on ne peut conclure à la possibilité positive du miracle (M. E. Le Roy). – 6° Garantir une révélation par des prodiges est un procédé indigne de Dieu, parce que trop simple, trop brutal, trop extrinsèque à la vérité proposée et à l'esprit auquel il s'adresse (MM, M. Blondel et E. Le Roy)- 7° Le miracle, étant lui-même un argument douteux, ne saurait garantir avec certitude une révélation (J .-J. Rousseau).- 8° Le miracle ruinerait les fondements de la certitude et de la moralité. Dieu ne saurait donc l'opérer. (Spinoza,Kant, Renan, etc.).

CHAPITRE V - Attitude adoptée (suite)

SECTION II. Les explications surnaturelles

I° Dieu (suite)

Partie positive : la conception du monde où s'encadre le merveilleux divin.

Question préalable.

§ I. La possibilité physique et la cause efficiente du miracle. - § II. La possibilité morale et la cause finale du miracle. - § III. Comment se ferait l'application des principes posés à des cas concrets. - I° Les conditions requises pour l'attribution prodige à Dieu. II° L'attribution même : ses procédés et sa valeur : A) Les procédés. B) Les caractères et la qualité de la certitude acquise : a) Le minimum de certitude. b) Le maximum de certitude. c) C'est une certitude morale. Rôle de la volonté. d) Le lien du miracle et de la vérité qu'il atteste.

2° Agents surnaturels inférieurs

SECTION III. Les cas sans explication.

Conclusion de ce chapitre et du précédent.

LIVRE II - LA MÉTHODE POUR CONSTATER LES FAITS MERVEILLEUX

CHAPITRE I - Les faits dont nous serions nous-mêmes les témoins


A. Préjugés négatifs. - La possibilité de l'hallucination. - Discussion.
B. Préjugés positifs. - Crédulité, exaltation.

CHAPITRE II - Les faits attestés par le témoignage d'autrui

La critique historique du merveilleux.

Première partie. – Règles générales
Quel rôle doivent jouer, dans la critique du merveilleux, les notions de possible et d'impossible, de probable et d'improbable ?
1re Réponse. - Le miracle écarté au nom des notions de possible et d'impossible, fournies par les sciences expérimentales, quels que soient les témoignages qui l'attestent.
2e Réponse. - Le miracle écarté de même au nom des notions de probable et d'improbable.
3e Réponse. - Dans la critique du merveilleux, on ne doit tenir aucun compte de ces notions, mais seulement de la valeur des témoignages.
4e Réponse. - Ces notions doivent se combiner avec l'estimation de la valeur des témoignages.
a) Jugements de probabilité.
b) Jugements de possibilité.

CHAPITRE III - Les faits attestés par le témoignage d'autrui

La critique historique du merveilleux (suite)

Deuxième partie. -Règles particulières aux diverses espèces de critique

Section I. - Critique textuelle.

Section II. - Critique littéraire externe ou critique de provenance.

Section III. - Critique littéraire interne ou critique d'interprétation.

CHAPITRE lV - La critique historique du merveilleux (fin)

Deuxième partie.- Règles particulières (suite)

Section IV. - Critique historique proprement dite ou critique du témoignage.

I° Conditions relatives aux faits.

A. Exigences fondées.
B. Exigences déraisonnables.

2° Conditions relatives aux personness.

§ I. Les Anciens.

§ II. Le Moyen Age.

§ III. L'Orient.

§ IV. Les Croyants. - I. Pas de connexion nécessaire entre la foi et l'erreur ou la fraude. - II. Rapports des croyances religieuses avec l'erreur et la fraude. - 1re Hypothèse : croyance au miracle qui fait I'objet du témoignage. – 2e Hypothèse : croyance à des miracles antérieurs. - A. Concessions. - B. Solution : 1° Croyance vraie. 2° Croyance quelconque : . Appréciée en elle-même; . par comparaison avec l'incroyance. 3° Conclusion.

§ V. Les non-professionnels.

§ VI. Les foules : contagion mentale et hallucination collective.

Remarque sur quelques indices d'erreur ou de fraude :

1° Le brillant des événements rapportés.

2° Les répétitions d'événements semblables.

CONCLUSION

APPENDICE I. - Les idées de Spinoza sur le miracle.
APPENDICE II. -Note additionnelle sur les philosophies de la contingence.
APPENDICE III. - Sur le mot « loi » .
APPENDICE IV. - La divinité et le miracle d'après W. James
APPENDICE V. - Un fragment de Newman sur le miracle.
APPEINDICE VI. - Exposé d'ensemble des théories de Hume et de Stuart Mill sur le miracle.

TABLE ALPHABÉTIQUE DES NOMS PROPRES