INTRODUCTION A L'ETUDE DU MERVEILLEUX ET DU MIRACLE, Editions BEAUCHESNE

INTRODUCTION A L'ETUDE DU MERVEILLEUX ET DU MIRACLE

Recensions (1)

INTRODUCTION A L\'ETUDE DU MERVEILLEUX ET DU MIRACLE
Joseph de TONQUEDEC

EAN/ISBN : 9782701019871
49.00 €

 



SOMMAIRE

Préface
Note préliminaire

LA QUESTION DU MERVEILLEUX

LIVRE 1 - LES ATTITUDES PHILOSOPHIQUES PRÉSUPPOSÉES À L'ÉTUDE DES FAITS

CHAPITRE 1 - Attitudes philosophiques exclusives du miracle. - Les philosophies naturalistes

§ I. Exposé - §II. Critique.

CHAPITRE II - Le déterminisme : L'induction contre le miracle

Préambules et Historique.

I. Induction considérée comme un simple résumé du passé, sans conclusion.

II. Induction proprement dite, introduisant des conclusions rigoureuses.

§I. - Étude générale de l'objection

a) Induction fondée sur l'expérience ordinaire. b) Induction fondée sur l'expérience des faits d'apparence merveilleuse. Face positive et face négative de l'induction. - Conclusion : la nature intime de l'induction,

§ II. - Une forme spéciale de l'objection

Le principe du déterminisme scientifique : le merveilleux et la science expérimentale.

III. – Induction improprement dite, amenant de simples conjectures.

CHAPITRE III - Les philosophies de la contingence et de la continuité.

§ I.- Une position radicalel.MPITH.périmentale, p. 64 à 'j6

§ Il. – Les philosophies de MM. Bergson, E. Leroy et M. Blondel

I. MM. Bergson et Le Roy. - A. La contingence d'après M. Bergson - B. La continuité d'après

M. Bergson. - C. Corollaire : Les lois de la nature : M. Le Roy. - D. Application au miracle.

II. M. M. Blondel. - A. La contingence. -B. La continuité.

§ III. - Critique

A. La contingence; B. La continuité.

CHAPITRE IV - Attitude adoptée

SECTION I. Les explications naturelles
Erreur ou fiction. - Forces naturelles connues. – Forces naturelles inconnues.

SECTION II. Les explications surnaturelles
I° Dieu
La croyance en Dieu et la croyance au miracle : leur indépendance.- Comment la croyance en Dieu s'harmonise avec la croyance au miracle.

Partie négative : les objections contre l'intervention de Dieu dans le monde
1° Le miracle rabaisse Dieu au rang des causes secondes (A. Sabatier, Tyrrel, M. Loisy). – 2° Le miracle implique en Dieu mutabilité ou impuissance (Voltaire, M. A. France). - 3° Le miracle implique en Dieu un manque de sagesse ou de dignité (Voltaire, M. Séailles). – 4° Le témoignage de l'expérience infirme la probabilité d'une intervention divine (Hume, Stuart Mill). – 5° De la tonte-puissance de Dien on ne peut conclure à la possibilité positive du miracle (M. E. Le Roy). – 6° Garantir une révélation par des prodiges est un procédé indigne de Dieu, parce que trop simple, trop brutal, trop extrinsèque à la vérité proposée et à l'esprit auquel il s'adresse (MM, M. Blondel et E. Le Roy)- 7° Le miracle, étant lui-même un argument douteux, ne saurait garantir avec certitude une révélation (J .-J. Rousseau).- 8° Le miracle ruinerait les fondements de la certitude et de la moralité. Dieu ne saurait donc l'opérer. (Spinoza,Kant, Renan, etc.).

CHAPITRE V - Attitude adoptée (suite)

SECTION II. Les explications surnaturelles

I° Dieu (suite)

Partie positive : la conception du monde où s'encadre le merveilleux divin.

Question préalable.

§ I. La possibilité physique et la cause efficiente du miracle. - § II. La possibilité morale et la cause finale du miracle. - § III. Comment se ferait l'application des principes posés à des cas concrets. - I° Les conditions requises pour l'attribution prodige à Dieu. II° L'attribution même : ses procédés et sa valeur : A) Les procédés. B) Les caractères et la qualité de la certitude acquise : a) Le minimum de certitude. b) Le maximum de certitude. c) C'est une certitude morale. Rôle de la volonté. d) Le lien du miracle et de la vérité qu'il atteste.

2° Agents surnaturels inférieurs

SECTION III. Les cas sans explication.

Conclusion de ce chapitre et du précédent.

LIVRE II - LA MÉTHODE POUR CONSTATER LES FAITS MERVEILLEUX

CHAPITRE I - Les faits dont nous serions nous-mêmes les témoins


A. Préjugés négatifs. - La possibilité de l'hallucination. - Discussion.
B. Préjugés positifs. - Crédulité, exaltation.

CHAPITRE II - Les faits attestés par le témoignage d'autrui

La critique historique du merveilleux.

Première partie. – Règles générales
Quel rôle doivent jouer, dans la critique du merveilleux, les notions de possible et d'impossible, de probable et d'improbable ?
1re Réponse. - Le miracle écarté au nom des notions de possible et d'impossible, fournies par les sciences expérimentales, quels que soient les témoignages qui l'attestent.
2e Réponse. - Le miracle écarté de même au nom des notions de probable et d'improbable.
3e Réponse. - Dans la critique du merveilleux, on ne doit tenir aucun compte de ces notions, mais seulement de la valeur des témoignages.
4e Réponse. - Ces notions doivent se combiner avec l'estimation de la valeur des témoignages.
a) Jugements de probabilité.
b) Jugements de possibilité.

CHAPITRE III - Les faits attestés par le témoignage d'autrui

La critique historique du merveilleux (suite)

Deuxième partie. -Règles particulières aux diverses espèces de critique

Section I. - Critique textuelle.

Section II. - Critique littéraire externe ou critique de provenance.

Section III. - Critique littéraire interne ou critique d'interprétation.

CHAPITRE lV - La critique historique du merveilleux (fin)

Deuxième partie.- Règles particulières (suite)

Section IV. - Critique historique proprement dite ou critique du témoignage.

I° Conditions relatives aux faits.

A. Exigences fondées.
B. Exigences déraisonnables.

2° Conditions relatives aux personness.

§ I. Les Anciens.

§ II. Le Moyen Age.

§ III. L'Orient.

§ IV. Les Croyants. - I. Pas de connexion nécessaire entre la foi et l'erreur ou la fraude. - II. Rapports des croyances religieuses avec l'erreur et la fraude. - 1re Hypothèse : croyance au miracle qui fait I'objet du témoignage. – 2e Hypothèse : croyance à des miracles antérieurs. - A. Concessions. - B. Solution : 1° Croyance vraie. 2° Croyance quelconque : . Appréciée en elle-même; . par comparaison avec l'incroyance. 3° Conclusion.

§ V. Les non-professionnels.

§ VI. Les foules : contagion mentale et hallucination collective.

Remarque sur quelques indices d'erreur ou de fraude :

1° Le brillant des événements rapportés.

2° Les répétitions d'événements semblables.

CONCLUSION

APPENDICE I. - Les idées de Spinoza sur le miracle.
APPENDICE II. -Note additionnelle sur les philosophies de la contingence.
APPENDICE III. - Sur le mot « loi » .
APPENDICE IV. - La divinité et le miracle d'après W. James
APPENDICE V. - Un fragment de Newman sur le miracle.
APPEINDICE VI. - Exposé d'ensemble des théories de Hume et de Stuart Mill sur le miracle.

TABLE ALPHABÉTIQUE DES NOMS PROPRES



Recensions (1)


LE BLOG
EDITIONS BEAUCHESNE : LE BLOG"

NOUVEAUTES
Une passion après AUSCHWITZ ?

QUARANTE TROIS CHANTS

CROIRE ET PARTICIPER

J'AI CONSTRUIT LA TOUR EN FER

BAC 2017

LA FIGURE DU CHRIST EN CHARTREUSE

LES NOUVELLES ECCLESIASTIQUES

FRANCHE COMTE

HUMILITE CHEZ LES MYSTIQUES RHENANS ET NICOLAS DE CUES

PASCHA NOSTRUM CHRISTUS


Partager et Faire savoir
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google Buzz Partager sur Digg
NEWSLETTER
Email: