L’ORDRE SOCIAL CHRÉTIEN, Editions BEAUCHESNE

L’ORDRE SOCIAL CHRÉTIEN



L’ORDRE SOCIAL CHRÉTIEN
JEAN DAUJAT
EAN/ISBN : 9782701022611
Nb de pages : 546
Année : 1970
49.00 €

Jean Daujat est un ancien élève de l’École normale supérieure (Sciences) et Docteur ès Lettres (thèses d’Histoire et de Philosophie des Sciences) en même temps Lauréat de l’Académie française et des l’Académie des sciences.
Il a consacré sa vie au Centre d’études religieuses qu’il a fondé en 1925 et dont le but est de permettre aux laïcs d’entreprendre des études supérieures de Philosophie chrétienne et de Théologie. La durée des études est de trois années.
Le cours de 3e année fait déjà l’objet d’un ouvrage intitulé, La Vie surnaturelle (connaître le Christianisme et vivre le Christianisme) et constitue un manuel élémentaire de doctrine et de vie chrétienne.
L’Ordre Social Chrétien – 20e ouvrage de Jean Daujat – propose un traité complet de doctrine sociale, familiale, économique et politique
Au milieu des controverses actuelles et face à la gravité de la crise de civilisation, cet ouvrage tente de faire sereinement la lumière et d’apporter des bases de réflexion et d’études à tous ceux qui désirent approfondir les problèmes de notre temps.

PRÉSENTATION DE MONSIEUR CLAUDE PAULOT :
Jean Daujat (1906-1998) a consacré sa vie à l’enseignement de la doctrine catholique et à la formation spirituelle des laïcs. Ancien élève de l’École Normale Supérieure en sciences, où il a côtoyé Etienne Borne, Maurice Merleau-Ponty, Raymond Aron, Jean-Paul Sartre, Olivier Lacombe, Henri Irénée Marrou, Simone Weil, il a soutenu une thèse d’histoire des sciences devant un jury qui comprenait notamment Gaston Bachelard et Louis de Broglie. Se posant dans sa jeunesse des questions au sujet de la foi catholique, il a été conduit à rencontrer le philosophe Jacques Maritain, le père Garnier, religieux de saint Vincent de Paul, Monseigneur Ghika qui a célébré la messe de son mariage avec le peintre danois Sonia Hansen en 1930.
Ayant pris conscience que sa formation dans le domaine religieux n’était pas à la hauteur de celle qu’il avait reçue dans le domaine profane, il est conduit à fonder le Centre d’Études Religieuses 1 en 1925, où il est d’abord formé avant d’assurer lui-même les cours quelques années plus tard. Petit à petit il a développé une formation catholique solide qui se déroule en trois ans. Pendant la première année, une formation philosophique fondamentale concerne l’existence de Dieu ainsi que la nature humaine, la deuxième année correspond à la morale et à la doctrine sociale de l’Église et la troisième année à la théologie proprement dite.

Il a écrit un livre pour chacune de ces trois années :
Y A-T- IL UNE VÉRITÉ ? pour la première année.
L’ORDRE SOCIAL CHRÉTIEN pour la deuxième année.
Doctrine et vie chrétiennes pour la troisième année.

L’ORDRE SOCIAL CHRÉTIEN traite de la vie en société comme le titre l’indique, qui est liée à la nature humaine. Cette vie sociale comprend la vie familiale, l’école, la vie professionnelle et l’économie, la société politique. Il s’agit donc d’un très vaste domaine dans lequel c’est le vrai bien de l’homme qui est recherché, ce qui est malheureusement souvent oublié aujourd’hui. Jean Daujat s’appuie sur l’enseignement de l’Église sur ces questions vitales et, avec le talent exceptionnel qu’il a manifesté tout au long de sa vie à ce sujet, il explique de façon claire des notions qui peuvent s’avérer quelquefois complexes. En lien avec la finalité poursuivie, il remet l’homme au cœur de la vie économique, et explique que ceci conduit à rejeter le libéralisme comme le socialisme. Jean Daujat a été durant toute sa vie à l’écoute de l’enseignement de l’Église, il a notamment rencontré tous les papes de Pie XII à Jean-Paul II, hormis Jean-Paul 1 er . Cette doctrine sociale de l’Église est malheureusement trop souvent ignorée et pourtant, combien pourrait-elle améliorer la vie dans ce monde si elle était prise en considération.



SOMMAIRE

Avertissement préliminaire
PREMIÈRE PARTIE. — PRINCIPES FONDAMENTAUX SUR LA DESTINÉE HUMAINE
CHAPITRE PREMIER. — L’HOMME ÊTRE INTELLIGENT
La connaissance. — La sensibilité. — Les idées. — L’abstraction. — Le jugement. — Le raisonnement. — Le
problème de la vérité. — L’idéalisme et ses méfaits.— Limites de l’intelligence humaine. — Le systématisme.
CHAPITRE II. — L’HOMME ÊTRE LIBRE
Inclinations et activités. — Les inclinations de la sensibilité. — La volonté. — La liberté. — La loi morale.
CHAPITRE III. — L’HOMME ANIMÉ PAR UNE AME SPIRITUELLE ET IMMORTELLE
La constitution des corps. — Le cas des êtres vivants. — Spiritualité de l’âme humaine. — Immortalité de

l’âme humaine. — Les esprits purs.
CHAPITRE IV. — L’HOMME CRÉATURE DE DIEU
Preuve de l’existence de Dieu. — L’Être par Lui-même existant. — Le Créateur.
CHAPITRE v. — L’HOMME ÊTRE MORAL
Le bien humain. — La fin dernière. — La morale idéaliste et ses méfaits. — La conscience. — La prudence. —
Les vertus.
CHAPITRE VI. — L’HOMME FILS DE DIEU
La Révélation et la foi. — La Sainte Trinité. — Notre destinée surnaturelle. — Vie de connaissance et d’amour de
Dieu. — La morale surnaturelle ou chrétienne. — La charité essence de la vie chrétienne.
CHAPITRE VIL — L’HOMME MORT ET RESSUSCITÉ EN JÉSUS-CHRIST
Le péché des démons. — Le péché originel. — Jésus- Christ : le mystère de l’Incarnation. — Le Mystère
de la Rédemption. — Les sacrements. — L’Eucharistie. — Mystère de mort et de résurrection.
DEUXIÈME PARTIE. — GÉNÉRALITÉS SUR LA VIE SOCIALE
CHAPITRE PREMIER. — NATURE DE LA SOCIÉTÉ
La société œuvre d’intelligence, de volonté et de vertu.
CHAPITRE II. — NATURE SOCIALE DE L’HOMME
Raison d’être de la société. — Nature morale des lois et des sciences sociales. — Classification des
sociétés. — La Doctrine sociale de l’Église. — Individu et société.
CHAPITRE III. — L’AUTORITÉ
La cause réalisatrice de la société. — Fonctions essentielles de l’autorité. — Autorité et liberté. — Autorité
et loi morale. — Comment reconnaître la véritable autorité.— Psychologie des relations entre autorité et
subordonnés. Principales erreurs sur l’autorité. — La dégénérescence administrative. — Christianisme et
esprit d’obéissance.
TROISIÈME PARTIE. — LA SOCIÉTÉ FAMILIALE
CHAPITRE PREMIER. — LA FAMILLE PREMIÈRE SOCIÉTÉ
Nécessité fondamentale de l’éducation. — Nécessité fondamentale de la famille. — L’éducation œuvre et
devoir des parents.
CHAPITRE II. — LE MARIAGE
Raison d’être et nature du mariage. — Problèmes moraux à propos du mariage. —Le mariage don libre et
total d’amour réciproque. — Le sacrement de mariage. — La vie commune des époux et la
complémentarité des sexes.
CHAPITRE III. — L’ÉDUCATION
Approfondissements sur la nature de l’éducation. — L’autorité des éducateurs. — Pour une éducation
complète de l’être humain tout entier. — Les étapes de l’éducation. — Éducation et vie sociale.
CHAPITRE IV. — L’ÉCOLE 257
Famille et école. — Rôles respectifs de la famille, de l’État et de l’Église vis-à- vis de l’école. — Le problème
du régime scolaire. — Les différentes catégories d’écoles. — Comment l’enseignement secondaire doit
former les élites.
QUATRIÈME PARTIE. — LA SOCIÉTÉ PROFESSIONNELLE ET LA DOCTRINE ÉCONOMIQUE
CHAPITRE PREMIER. — LA MAISON
La maison et le bien humain. — Le problème de l’habitation. — Valeur de la vie privée. — Les membres de
la maison.
CHAPITRE II. — LA SCIENCE ET LES ACTIVITÉS ÉCONOMIQUES
Définition et nature de la science et des activités économiques. Examen critique des erreurs modernes sur
la nature de la science économique. — Précisions nouvelles sur la nature et la finalité de la science et des
activités économiques.
CHAPITRE III. — LE TRAVAIL
Le travail moyen nécessaire pour le bien humain. — Travail et loisir. — Travail et condition humaine.
CHAPITRE IV. — L’ÉCHANGE
L’échange fondement du développement économique. — Étude critique du libéralisme économique. —
Étude critique du socialisme. — Recherche d’une solution réaliste, humaine et chrétienne. — La solution
associationiste ou corporative.
CHAPITRE v. — LA PROPRIÉTÉ
Le droit naturel de propriété. — Valeur et limites de la propriété privée. — L’inévitable inégalité.
CHAPITRE VI. — L’ENTREPRISE
Nature et finalités de l’entreprise. — L’autorité dans l’entreprise. — Le capital.
CHAPITRE VIL — LES CORPS PROFESSIONNELS
Au service de la clientèle. — Au service du bien humain des membres de la profession.
CHAPITRE VIII. — LE MARXISME OU COMMUNISME
Pourquoi ce chapitre ? — La philosophie de Marx et Engels. — La conception marxiste de l’homme et de la
destinée humaine. — L’action révolutionnaire marxiste. — L’Église et les communistes.
CINQUIÈME PARTIE. — LA SOCIÉTÉ POLITIQUE
CHAPITRE PREMIER. — NATURE ET NÉCESSITÉ DE LA SOCIÉTÉ POLITIQUE
De l’ordre privé à l’ordre public. — Définition de la société politique. — La science politique.
CHAPITRE II. — LA SOUVERAINETÉ DE L’ÉTAT
L’autorité politique. — L’État. — La patrie. — La race. — La nationalité. — La classe. — Limites de la
souveraineté de l’État. — Le régime politique.
CHAPITRE III. — LE PROBLÈME INTERNATIONAL
La multiplicité des États. — La solution fédéraliste. — Y a-t- il un bien commun international ? — Le problème des
institutions internationales.
CHAPITRE IV. — L’ÉTAT ET L’ÉGLISE
L’État chrétien et la politique chrétienne. — L’État chrétien et la liberté religieuse. — Avantages et risques

des institutions chrétiennes.
SIXIÈME PARTIE. — L’ÉGLISE
CHAPITRE PREMIER. — L’ÉGLISE SOCIÉTÉ SURNATURELLE
Caractère et finalité essentiellement surnaturels de l’Église. — L’unité surnaturelle de l’Église. — L’appartenance
à l’Église.
CHAPITRE II. — CONSTITUTION VISIBLE DE L’ÉGLISE PAR LES SACREMENTS
L’Église société visible grâce aux sacrements. — La hiérarchie sacramentelle. — Le culte de l’Église ou la
liturgie.
CHAPITRE III. — L’AUTORITÉ DANS L’ÉGLISE
L’autorité enseignante. — Formulation dogmatique et enseignement ordinaire de l’Église. — L’autorité
juridictionnelle. — A qui appartient l’autorité dans l’Église. — Appartenances visible et invisible à l’Église.
CHAPITRE IV. — L’ÉGLISE DANS L’HISTOIRE HUMAINE
Les quatre notes de la véritable Église. — L’immuable et le contingent dans l’Église. — L’Église et le
monde.
— L’Église et l’histoire.






LE BLOG
EDITIONS BEAUCHESNE : LE BLOG"

NOUVEAUTÉS
N°65 CHANTER EN EGLISE

05. MÉDAILLES DES ROIS DE FRANCE AU XVIe SIÈCLE : REPRÉSENTATION ET IMAGINAIRE

06. Aux marges du roman antique. Études sur la réception des fringe novels (fictions biographiques et autres « mythistoires ») de la Renaissance à l’époque moderne

TH n°126 MORALES DU CARÊME

LE PÈRE MARIE-BERNARD, SCULPTEUR DE THÉRÈSE

Les Principes fondamentaux de la musique occidentale

LES MESSAGES D’AMOUR DE JÉSUS À GABRIELLE BOSSIS UNE DISCIPLE DE THÉRÈSE.

EPEKTASIS


Partager et Faire savoir
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google Buzz Partager sur Digg
RECHERCHE

aide


EN SOUSCRIPTION
DS
DS


LE COMPLÉMENT PAPIER INDISPENSABLE DE :

DS
ÉDITION EN LIGNE




EN PRÉPARATION
TH n°127 LE DERNIER THÉOLOGIEN ? Théophile Raynaud : Histoire d’une obsolescence

19 - SUR L’ESPRIT ET L’ESSENCE DU CATHOLICISME (1819)

TH n°128 Les polémiques religieuses du 1er au IVe siècle de notre ère.

Écrits sur la religion

Recherches phénoménologiques

Lectures phénoménologiques Merleau-Ponty, Sartre, Patočka et quelques autres 	Lectures phénoménologiques Merleau-Ponty, Sartre, Patočka et quelques autres

Raisons d’État

Le laboratoire mathématique de NICOLAS DE CUES

L’Évènement (im)Prévisible. Mobilisations politiques et dynamiques religieuses

LES ÉCRITURES DU SAVOIR. Le discours philosophique devant la question du religieux

Hegel ou le Festin de Saturne



SYNTHÈSE DOGMATIQUE